Nelson Mandela, l’ancien président sud-africain est mort – Biographie et Photos d’un parcours extraordinaire

BawT6GuCUAAZZIu                                La une du prochain numéro du « New-Yorker »

Article et biographie
sur Afriquinfos

Albums photos sur :
MetroNews, Le Point, Le nouvel Observateur
1106-Mandelapoing - Copie

NELSON MANDELA EST MORT
Afriquinfos – Il est auprès de Mère Thérèsa, de Ghandi, de Martin Luther King …. à la droite de notre Seigneur. Il est encore là dans notre cœur

int-49241Aujourd’hui, le monde est en deuil. Nous venons d’apprendre la triste nouvelle : Nelson Mandela s’est éteint aujourd’hui, à l’âge de 95 ans, chez lui où il était gardé en soins intensifs depuis maintenant plusieurs semaines. Il sera enterré à Qunu, son petit village d’enfance où il aura passé ses vieux jours. Cette nouvelle intervient alors que figures politiques et citoyens du monde lui ont rendu hommage le 18 juillet pour le Mandela Day, date à laquelle il a atteint l’âge de 95 ans. 

Ce personnage, mondialement connu pour ses actions politiques et humanitaires, restera un des piliers des manuels d’histoire de nos enfants. Homme politique durant 67 ans, pacifiste, dirigeant du mouvement d’action contre l’Apartheid, prix nobel de la paix, fervent militant pour les droits de l’homme, premier président noir de la république d’Afrique du Sud, c’est sans aucun doute un des plus grands Humanistes d’Afrique et du reste du monde qui disparaît.

BIOGRAPHIE :

Enfance :

Né le 18 juillet 1918, dans le village de Mvezo, dans la province de l’actuel Cap-Oriental en Afrique du Sud, Rolihlahla Mandela (son prénom de naissance), est le fils Henry Mphakanyiswa et de Noseki Fanny, ce qui fait de lui un membre de la famille royale Thembu, qui règne alors sur ce territoire. 

Son père est le chef du village et un homme « fier et révolté, avec un sens obstiné de la justice » (extrait de son autobiographie), mais à la suite de divergences avec les autorités tribales, la famille est envoyée en exil dans le village voisin de Qunu. Nelson Mandela répétera toute sa vie « J’y ai passé les années les plus heureuses de mon enfance et mes premiers souvenirs datent de là »

Son père reste malgré tout une figure influente et l’un des conseillers privés du roi. Il joue un rôle capital dans l’ascension du nouveau régent Jongintaba Dalindyebo au trône Thembu.

Dalindyebo se souviendra de cette aide, en adoptant officieusement Mandela, à la mort de son père en 1927. Il vivra neuf ans dans la résidence royale qui trône à Mqhekezweni, capitale provisoire du Thembu. 

Éducation :
Rolihlahla sera le premier membre de sa famille a être instruit à l’école. C’est d’ailleurs son institutrice Miss Mdingane qui lui donnera son prénom anglais « Nelson », pratique habituelle à l’époque lorsqu’un noir africain entamait des études.

Nelson Mandela dira dans son autobiographie: « Le premier jour d’école, mon institutrice, Miss Mdingane, nous a donné à chacun un nom anglais. C’était une coutume chez les africains à cette époque et était sans doute dû au penchant anglais de notre éducation. Ce jour-là, Miss Mdingane me dit que mon nom était Nelson. Pourquoi elle m’a donné ce prénom en particulier ? je n’en ai aucune idée.»

En 1934 , Mandela dont le destin était de devenir conseiller du futur roi Sabata, sera finalement envoyé par le régent au collège Clarkebury Boarding Institute où il obtiendra son Junior Certificate en 2 ans au lieu de 3. Son père adoptif lui répétait souvent: «Tu n’es pas fait pour passer ta vie à travailler dans les mines d’or de l’homme blanc sans savoir écrire ton nom».

Il entre en 1937 à l’école méthodiste d’Healdtown à Fort Beaufort où étudie la plupart de la famille royale thembu et où il retrouve son frère Justice. Dans son autobiographie, Nelson Mandela reviendra assez sévèrement sur cette période : « Nous aspirions à devenir des  » Anglais noirs « , comme on nous appelait parfois par dérision. On nous enseignait – et nous en étions persuadés – que les meilleures idées étaient les idées anglaises, que le meilleur gouvernement était le gouvernement anglais et que les meilleurs des hommes étaient anglais « .

En 1938, il entre à l’université de Fort Hare (Le Cambridge des Noirs d’Afrique, seule université à accepter les Noirs), après avoir gravit, pas à pas, les niveaux de l’échelle sociale. Il étudie entre autres le droit, l’anglais, l’anthropologie et la politique. Cette université a pour but de former les futurs cadres religieux, politiques et administratifs des Etats noirs, créés par les blancs pour y « parquer » la population indigène. Il y rencontre Oliver Tambo, qui deviendra son ami et collègue et adhère à la doctrine de non-violence de Gandhi. C’est ici que Nelson Mandela prend véritablement conscience de la situation faite aux noirs dans leur propre pays.

Petit à petit ses idées politiques s’affinent et sa personnalité engagée s’affirme. Au cours de discussions passionnées sur les Sud-Africains Blancs et Smuts (premier ministre de l’époque), il découvre l’existence de l’ANC (Congrès National Africain).

Il est désigné malgré lui au conseil représentatif des étudiants (CRE) au cours de sa deuxième année universitaire et demande le renforcement des pouvoirs de ce conseil. L’administration de l’université refuse d’accéder à cette exigence provoquant ainsi le boycott des élections du conseil. Les candidats, dont fait partie Mandela donnent leur démission. L’administration organise un nouveau scrutin, qui a les mêmes conséquences, mais cette fois, seul Mandela présente sa démission, ce qui lui vaut d’être exclu de l’université.

De retour chez lui, le Régent lui annonce qu’il a arrangé des mariages pour lui et son frère Justice, héritier du trône. Les deux jeunes hommes s’enfuient le soir même, révoltés par le système social de leur peuple, et se réfugient à Johannesburg, capitale économique du pays.

Politique :

Après quelques petits boulots, il est engagé dans un cabinet d’avocat grâce à Walter Sisulu, ami et mentor, qui ne le quittera plus. Il continue en parallèle ses études et obtient en 1942 un diplôme en droit à l’université de Witwatersrand, où il rencontre de nombreux futurs activistes anti-apartheid.

Lorsque le Parti National Afrikaner arrive au pouvoir en 1948, et introduit l’Apartheid, Mandela membre de l’ANC depuis 1944 et co-fondateur de la Ligue de la Jeunesse de l’ANC, s’investit et combat de toutes ses forces la ségrégation raciale. Sisulu est élu secrétaire général. Oliver Tambo et Nelson Mandela deviennent membre de la direction nationale de l’ANC.

En 1951, Nelson Mandela et Olivier Tambo deviennent les deux premiers avocats noirs de Johannesburg.

Mandela est arrêté le 31 juillet 1952, avec d’autres camarades, pour trahison (non respect des lois d’apartheid) et condamné à neuf mois de travaux forcés, qui seront finalement suspendus.

S’ensuit différentes actions de l’ANC et de la Ligue de la Jeunesse de l’ANC, plus ou moins virulentes, qui aboutiront le 21 mars 1960 au « Massacre de Sharpeville » dans le sud du Transvaal.

69 personnes, dont 8 femmes et 10 enfants trouvent la mort lors d’une manifestation pacifique contre l’extension aux femmes du passeport intérieur, que les hommes noirs sont obligés de porter constamment sur eux sous peine d’être arrêtés ou déportés, tués par des policiers qui tirent sans sommation sur la foule qui se disperse. La majorité des blessures par balles (180 blessés, dont 31 femmes et 19 enfants) a été faite dans le dos des personnes en fuite.

Le conseil de sécurité des Nations Unies condamne officiellement le 1° avril, le massacre et demande au gouvernement Sud-Africain d’ «abandonner sa politique d’Apartheid et de ségrégation raciale».

En 1961, Mandela abandonne l’ANC, qu’il juge trop pacifiste et fonde le MK, parti militaire actif, d’où il dirige des opérations clandestines et armées.

Prison :

Il est de nouveau arrêté le 5 août 1963, et ne ressortira de prison que 27 ans plus tard. Il déclare lors de son procès : «  Au cours de ma vie, je me suis entièrement consacré à la lutte du peuple africain. J’ai lutté contre la domination blanche, et j’ai lutté contre la domination noire. Mon idéal le plus cher a été celui d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie et avec des chances égales. J’espère vivre assez longtemps pour l’atteindre. Mais si cela est nécessaire, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. « . Il est emprisonné sur l’île prison de Robben Island, où il purgera 18 ans sur les 27. Il est condamné aux travaux forcés sous le matricule 46664 et les conditions de vie sont plus que précaires. L’Apartheid fait loi également en cellule, et les couleurs de peaux ne se mélangent pas. Les Noirs sont les plus mal lotis recevant les plus petites portions de nourriture. Les prisonniers politiques comme Mandela ont encore moins de droits, et ne peuvent recevoir qu’une lettre et une visite tous les 6 mois. Il dira dans son autobiographie : » Aller à Robben Island équivalait à passer dans un autre pays.  » Un autre pays où  » chaque jour est semblable à la veille ; chaque semaine ressemble à la précédente, et les mois et les années finissent par se mélanger « .

Cependant, malgré un rythme de vie particulièrement pénible dans les carrière de chaux, Mandela se renforce, lutte contre les inégalités au sein de la prison et apprend l’Histoire des Afrikaners ainsi que leur langue. De là découlera toute sa politique pacifiste et son ambition de réconciliation entre Blancs et Noirs.

Il profite de son emprisonnement pour étudier par correspondance avec l’Université de Londres et reçoit un diplôme de Loi.

Il est transféré en mars 1982, à la prison de Poolsmoor et bénéficie alors« d’un régime de faveur ». Le premier ministre P.W.Botha propose de libérer le plus vieux prisonnier du monde « s’il rejette de façon inconditionnelle la vie politique ». Mandela refuse. Il devient le symbole mondial de la lutte pour l’égalité raciale et reçoit le soutien de très nombreux états étrangers.

Les pourparlers avec le pouvoir en place durent des années, et aboutissent le 11 février 1990 à la libération de Mandela, dont le premier geste d’homme libre est de lever le poing en signe de victoire.

PRIX NOBEL :

Après 27 années d’emprisonnement très difficiles, il négocie la fin du régime d’Apartheid, puis se réconcilie avec le gouvernement du Président De Klerk, et reçoit en 1993, conjointement avec celui-ci, le Prix Nobel de la Paix pour l’ensemble de leurs actions pour la fin de l’Apartheid et leurs tentatives de mise en place d’un régime démocratique en Afrique du Sud.

PRÉSIDENT :

Nelson Mandela devient le premier Président noir d’Afrique du Sud en 1994 même si officieusement, dans tous les esprits, il était déjà chef d’état avant. L’ANC est plébiscité à 65% et « Mandela for President » est sur toutes les lèvres. Il mène alors une politique pacifiste, de réconciliation entre Noirs et Blancs, et luttent contre les inégalités sociales et économiques. La date du 27 avril, date de son élection, devient le « Jour de la Liberté », désormais jour férié national. Il gouverne avec l’aide de deux vice-présidents à ses côtés, le noir Thabo Mbeki et le blanc Frederik de Klerk.

Il parcourt le monde à la fin de son mandat pour remercier les états qui s’étaient prononcés contre le régime d’Apartheid. Il se retire officiellement de la vie politique à la fin de son mandat, et est remplacé en 1999, à la tête du pays par Thabo Mbeki .

SIDA :

Il continue de soutenir le congrès tout en dénonçant ses abus et s’engage dans la lutte contre le Sida qui fait rage en Afrique du Sud en fondant la Fondation Nelson Mandela à Johannesburg.

En 2004, il est élu Première Personnalité Sud-Africaine.

Il annonce publiquement le 6 janvier 2005 le décès de son fils Makgatho Mandela des suites du Sida à 54 ans en déclarant :« Nous ne devons pas dissimuler la cause de la mort des membres de nos familles, que nous respectons, car c’est le seul moyen de pouvoir faire comprendre à la population que le Sida est une maladie ordinaire. C’est pourquoi nous vous avons aujourd’hui fait venir pour annoncer que mon fils était mort du Sida ».

HOMME LIBRE :

Retiré de la vie politique, il renoue avec ses racines et retourne régulièrement dans la maison qu’il a faite construire à Kunu, son village d’enfance. Il est devenu comme Gandhi ou Martin Luther King, une icône mondiale de la liberté et de la paix.

Il est opéré de la prostate en 2001, et apparaît moins en public. Sa santé décline progressivement. Une autobiographie éditée en 1995, « Un long chemin vers la liberté », raconte tout son parcours en détails.

Voici quelques-unes des citations de Mandela extraites de ce livre :

 *« Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa Liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. »

*« Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé. »

*« Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l’étroitesse d’esprit. »

MANDELA DAY :

A la demande de la Fondation Nelson Mandela , le 18 juillet est devenu la Journée Mandela (Mandela Day), reconnue depuis 2009 par l’ONU, comme un appel mondial à faire du bénévolat pendant 67 minutes, en hommage aux 67 années d’engagement politique de Nelson Mandela.

Cette année, alors que le village de Qunu qui l’a vu grandir pleure l’enfant Mandela et l’homme qu’il est devenu, le monde entier se mobilise pour honorer cette figure héroïque de notre époque à l’occasion de ce qui devait être son 95ème anniversaire.

Afriquinfos.com

PHOTOSNelson Mandela, retour sur un parcours extraordinaire

MetroNews – L’ancien président sud-africain est mort jeudi soir à l’âge de 95 ans. De la lutte clandestine contre l’apartheid à son accession au pouvoir, en passant vingt-sept années de prison, retour sur un parcours hors du commun.

abbis-abebaNelson Mandela à Addis Abeba, en Ethiopie, en 1962. Après le massacre de Sharpeville, le 21 mars 1960, quand la police ouvre le feu sur une foule de manifestants, faisant au moins 69 morts, il décide d’abandonner la résistance non-violente au profit d’une action armée : le sabotage. Photo : I.D.A.F./SIPA
allan-tannenbaumAprès 27 années passées derrière les barreaux, Nelson Mandela est libéré sur ordre du président de l’Afrique du Sud, Frederik de Klerk, le 11 février 1990. Le jour de sa libération, il fait un discours depuis le balcon de l’hôtel de ville du Cap. Il y déclare son engagement pour la paix et la réconciliation avec la minorité blanche du pays, mais annonce clairement que la lutte armée de l’ANC n’est pas terminée. Photo : Allan Tannenbaum/AFP
apiEn 1944, Nelson Mandela, alors âgé de 26 ans, entre au Congrès National Africain (ANC) afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale menée par celle-ci en Afrique du Sud. Devenu avocat, il participe à la lutte contre les lois de l’apartheid mises en place à partir de 1948 par le gouvernement du Parti national.  Photo : API

david-brauchli-ap-sipaNelson Mandela prête serment le 10 mai 1994 devant de nombreux responsables politiques étrangers, d’Al Gore à Fidel Castro. Il préside le premier gouvernement non racial du pays. Dans son discours d’investiture, il célèbre la fin de l’apartheid et le retour de l’Afrique du Sud dans la communauté internationale, appelant de ses vœux une nouvelle « nation arc-en-ciel en paix avec elle-même et avec le monde ». Il évoque les défis de son mandat que sont la lutte contre la pauvreté et les discriminations, soulignant « qu’il n’y a pas de voie facile vers la liberté ». Photo : David Brauchli/Sipa
gallo-images-2
Les efforts de Nelson Mandela et du président Frederik de Klerk sont reconnus mondialement quand ils reçoivent conjointement le prix Nobel de la paix en 1993, en hommage à « leur travail pour l’élimination pacifique du régime de l’apartheid et pour l’établissement des fondations d’une Afrique du Sud nouvelle et démocratique ». Photo : Gallo 
gallo-images-rex-feat-rex-sipa_(copy)

Nelson Mandela lors de son mariage avec sa deuxième femme, Winnie, en 1958. La même année, l’ANC renforce sa position en faisant des alliances avec des petits partis politiques blancs, « coloured » (métis) et indiens, dans une tentative d’apparaître plus rassembleur que les africanistes. Photo : Gallo Images

GUY-TILLIMEn 1964, Nelson Mandela est condamné à la prison à perpétuité. Il est accusé de quatre sabotages, de trahison, de liens avec le Parti communiste sud-africain mais aussi de comploter une invasion du pays par l’étranger. La photo le montre lors de la visite de son ancienne cellule dans la prison de Robben Island, en 1995. Photo : Guy Tillim/AFP
jacquelyn-martin-ap-sipaEn août 2012, Nelson Mandela, âgé de 94 ans, reçoit la visite d’Hillary Clinton chez lui. Il a alors récemment été admis au Military Hospital de Pretoria pour une infection pulmonaire. Photo : Jacquelyn Martin/AP/Sipa
mandelazumaUn des derniers clichés de Nelson Mandela, avec le président actuel de l’Afrique du Sud Jacob Zuma, pris le 29 avril 2013. Photo : AP/SIPA
sipaLors de la Coupe du monde de rugby en 1995, les Springboks, longtemps symbole de l’apartheid, gagnent devant leur premier président noir. Il s’agit de la première participation de l’Afrique du Sud à une Coupe du monde après la réinsertion de son équipe dans le rugby international en 1992.
sipa-00188396-000002Nelson Mandela, reçu à l’Élysée par François Mitterand en juin 1990. Photo : Sipa
sipa-00247139-000002À la suite des premières élections générales multiraciales du 27 avril 1994, remportées largement par l’ANC, Nelson Mandela est élu président de la République d’Afrique du Sud. La date du 27 avril devient un jour férié dans le pays : le jour de la liberté. Photo : Kuus/Sipa
thomas-coex-afpL’apparition remarquée de Nelson Mandela et sa troisième femme, Graca Machel, à la cérémonie de clôture du Mondial de football, organisé par l’Afrique du Sud en 2010. Photo : Thomas Coex/AFP
witt-meigneux-sipaL’ancien président sud-africain, lors de la garden party de l’Élysée, accompagné de Jacques et Bernadette Chirac, en 2003. Photo : Witt Meigneux/Sipa

MetroNews – Un géant des droits de l’homme est mort. Nelson Mandela, hospitalisé depuis juin dernier et dont l’état s’est ensuite dégradé avant de se stabiliser dans un état grave, a fini par succomber. Le héros de la lutte contre l’apartheid avait fêté ses 95 ans le 18 juillet.

Vingt-sept années de détention

Ses problèmes aux poumons, qui ont entraîné plusieurs hospitalisations depuis décembre 2012, étaient probablement liés aux séquelles d’une tuberculose contractée pendant son séjour sur l’île-prison de Robben Island, au large du Cap. C’est là qu’il a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention en raison de son opposition au régime raciste de l’apartheid.
MetroNews


En Images – Nelson Mandela, une vie de combats (1918-2013)
Sa vie a été un long combat. Avec Gandhi et Luther King, il restera comme l’une des grands icônes du siècle.

LePoint.fr – Issu d’une famille royale thembu de l’ethnie Xhosa, Nelson Mandela est né en 1918 à Mvezo. Durant ses études de droit à l’université de Fort Hare, la seule acceptant les Noirs, il découvre l’existence du Congrès national africain qu’il rejoint en 1944. En 1948 se met en place la législation ségrégationniste de l’apartheid à laquelle il oppose une lutte non violente. Accusé de trahison et sabotages, il est arrêté et condamné à la prison à vie. Il sera incarcéré pendant 27 ans dont 18 à Robben Island, dans une cellule de 2 mètres sur 2. À la fin des années 80, il est le plus ancien prisonnier politique au monde et devient un symbole adulé dans le monde entier. Libéré en 1990, il reçoit en 1993 le prix Nobel de la paix conjointement avec Frederik De Klerk, le dernier président blanc d’Afrique du Sud. En 1994, Mandela deviendra le premier président noir et s’emploiera à réconcilier le pays. Son ultime combat jusqu’en 1999, date à laquelle il se retire de la vie politique active.

1 aANC – En 1944, Nelson Mandela a 26 ans. Il rejoint le Congrès national africain (ANC) afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale qu’elle mène. Il devient l’un de ses principaux leaders (ici, en 1961).Par Jacqueline Saint-Medar © STF/AFP
1 bbNelson Rolihlahla Mandela épouse Winnie Madikizela en secondes noces, en 1958, puis divorce d’elle en 1996. Par Jacqueline Saint-Medar © Alf Khumalo/AFP
A b cPremière arrestation – En 1952, première arrestation et première condamnation à 9 mois de prison pour non-respect des lois de l’apartheid. Il est finalement placé en liberté surveillée. Photo :Manifestation des militants de l’ANC devant la cour de justice de Johannesburg, le 28 décembre 1956. ParJacqueline Saint-Medar © AFP
a bb a

Perpétuité – Après le massacre de Sharpeville (1960), l’ANC et Mandela fondent une organisation militaire, Umkhonto we Sizwe, pour combattre le pouvoir. Accusés de sabotages, de complot et de trahison, Mandela et sept de ses compagnons sont arrêtés et condamnés à la prison à vie en 1964. Photo : Les prisonniers quittent le palais de justice de Pretoria (1964) le poing levé. – Par Jacqueline Saint-Medar © AFP

a bb bcManifestation -Des femmes africaines (1964) manifestent devant la cour de justice de Pretoria après le verdict du procès Mandela. Lors de son procès, Mandela a toujours démenti les accusations portées contre lui et ses compagnons. – Jacqueline Saint-Medar © AFP
Aa         bcc bb

Libération – Après 27 ans de détention, Mandela est libéré le 11 février 1990. Au cours de sa détention, il a toujours refusé de renoncer à la lutte en échange de sa libération, y compris au président Pieter Botha, qui le rencontre en 1989. Mandela salue la foule accompagné de sa femme Winnie. Par Jacqueline Saint-Medar © Alexander Joe/AFP

aa bb abcdeÉlection – Après des élections en 1994 et une victoire écrasante de l’ANC, Mandela devient le premier président noir en Afrique du Sud. Il quitte la tête de l’ANC et y place Thabo Mbeki. En 1999, Mbeki devient président de la République jusqu’en 2008. Par Jacqueline Saint-Medar © Trevor Samson/AFP

aA Bb cc dIcône – En France, Harlem Désir (au centre), président de l’association SOS Racisme, participe à un rassemblement pour la libération du leader sud-africain Nelson Mandela, en 1985, sur le parvis de Notre-Dame. Par Jacqueline Saint-Medar © Michel Clément/AFP
aa bb cde bb
Desmond Tutu –Atteint d’un cancer de prostate en 2004, Nelson Mandela voit sa santé se détériorer. Il annonce son retrait définitif de la vie publique. Ici avec Desmond Tutu, l’archevêque sud-africain et président de la Commission de la vérité et de la réconciliation, créée en 1995 pour recenser les violations des droits de l’homme pendant la période d’apartheid. Par Jacqueline Saint-Medar © Alexander Joe/AFP
sipa-00188396-000002L’Élysée – Lors de sa visite officielle en France, le président François Mitterrand (à droite) s’entretient avec le leader sud-africain de l’ANC Nelson Mandela sur le perron de l’Élysée, le 7 juin 1990, à l’issue d’un déjeuner.Par Jacqueline Saint-Medar © Daniel Janin Michel Clément/AFP
Aa bcde
Prix Nobel de la paix – Nelson Mandela et le président Frederik De Klerk reçoivent le prix Nobel de la paix à Stockholm, en 1993, pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime de l’apartheid en Afrique du Sud. Par Jacqueline Saint-Medar © Gérard Julien/AFP
aabbcde
Visite – Lors d’une visite mémorable à Glasgow, en Écosse, le président Nelson Mandela (à droite) et une chanteuse (inconnue) dansent pour la liberté (1993). Par Jacqueline Saint-Medar © AFP
aa bcde bcde a
Fin de vie – Légende, symbole de la paix pour son combat contre le régime discriminatoire pour une Afrique du Sud démocratique, Madiba, âgé de 95 ans, a tiré sa révérence. Une sculpture géante de l’ex-président africain a été inaugurée à Howick, près de Durban, par le président Jacob Zuma. Par Jacqueline Saint-Medar © Schalk van Zuydam/Sipa
Le Point – LePoint.fr

En Images – Nelson Mandela, une vie de luttes

6720083

Nelson Mandela soutient devant la foule la candidature à la présidentielle de Thabo Mbeki, lors d’un meeting, en 1999. Après l’élection de son dauphin, il se retire de la vie politique. (Sipa)
6720085Nelson Mandela s’éteint le 5 décembre 2013, à l’âge de 95 ans. L’icône de l’Afrique du Sud avait subi récemment plusieurs hospitalisations en raison de problèmes pulmonaires. Ci-dessus, une sculpture à l’effigie de « Madiba » réalisée par Marco Cianfanelli, à Howick, en août 2012.  (AFP PHOTO / RAJESH JANTILAL)
6720067Né le 18 juillet 1918, passé par des études de droit, Nelson Mandela rejoint en 1944 le Congrès national africain (ANC) pour lutter contre la ségrégation des Noirs en Afrique du Sud. Ci-dessus, une photo prise dans les années 1930. (I.D.A.F./SIPA)
6720069Fait relativement méconnu, le défenseur de la cause noire est dans sa jeunesse un grand amateur de boxe. Catégorie poids lourd.  (I.D.A.F./SIPA)
6720295Ce n’est que 27 ans plus tard que Nelson Mandela retrouve définitivement la liberté. Ci-dessus, il est vu le poing levé le jour de sa libération, au Cap, le 11 février 1990. (WITT/SIPA)
6720285Le prix Nobel de la paix Nelson Mandela s’est éteint le 5 décembre 2013. Le premier président noir de l’Afrique du Sud avait 95 ans. Retour en images sur la vie de l’icône de la lutte contre l’apartheid. (AFP PHOTO /Shaun Curry)
Le nouvel Observateur

Lien court pour cet article :
Nelson Mandela, l’ancien président sud-africain est mort – Biographie et Photos d’un parcours extraordinaire:
>> http://wp.me/p1lKZE-I6

Galerie | Cet article, publié dans Afrique, États-Unis, Big Brother - Dictature - Contrôle, Dossier. Photos. Biographie, Ingérence, International, Les temps de la fin - Actu, Mondialisation, Trafic d'êtres humains, exploitation..., Vidéos Dossiers ..., est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Nelson Mandela, l’ancien président sud-africain est mort – Biographie et Photos d’un parcours extraordinaire

  1. Suzanne Bigonski dit :

    je peux transfrer le message sur facebook ?

  2. Suzanne Bigonski dit :

    transfrez le message chez une amie qui est la fois mon amie et en mme temps sur FB, je n’arrive pas aller sur FB j’ai chang 2 fois de mots de passe et il va falloir attendre encore quleue temps pour que je ne puisse pas envoyer sur FB, peut-tre fathiha Assanie

    Le 6 dcembre 2013 03:50, Suzanne Bigonski a crit :

    > je peux transfrer le message sur facebook ? > > > Le 6 dcembre 2013 02:16, Faso Z’actu – Afrique – Internationnal <

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s