Crise malienne : Le Burkina Faso, le prochain pays sur la liste à s’effondrer…

Le Burkina Faso, «peut-être le prochain à s’effondrer». C’est la probabilité évoquée par Laurent Bigot, conseiller des Affaires étrangères et sous directeur Afrique occidentale du Quai d’Orsay. De la bouche de ce diplomate qui a sous sa coupe juridictionnelle le Burkina Faso, ses paroles prononcées lors du séminaire sur le Sahel, organisé par le Programme Afrique de l’Institut français des relations internationales (Ifri) ont mal résonné au «pays des hommes intègres».


Certes, le diplomate français à précisé tenir des propos personnels, en décrivant le Mali comme «une démocratie de façade, un pays corrompu jusqu’au palais présidentiel (…) où il n’y a plus d’armée, plus de classe politique [et où] la religion est de plus en plus un recourt par rapport au modèle démocratique». Et de faire le parallèle avec d’autres pays comme le Burkina Faso qui, à l’en croire, présentent les mêmes symptômes de la crise malienne.

«Je pense que le Burkina Faso est un bon exemple et qui est peut-être le prochain à s’effondrer, comme par le passé, il y a un an».  Laurent Bigot n’a pas manqué de citer des similitudes, qui prennent l’allure d’accusations, que le Burkina présenterait avec le Mali. Difficile, voire impossible, de ne pas lire, à travers ces propos une «vue de Paris», comme l’indique, du reste, le thème de la communication du diplomate. Comment débarrasser le sieur Bigot de sa casquette de «sous directeur Afrique occidentale du Quai d’Orsay», alors que ce dernier intervenait, en public et sur un thème aussi sensible que celui des «défis du Sahel: vue de Paris»? Tant il est vrai que tout est loin d’être parfait en matière de gestion économique et politique au Burkina Faso, les propos du diplomate français, rament tout de même à contre courant des constats faits à toutes les tribunes par les partenaires du Burkina qui ne cessent de saluer les efforts accomplis par le pays de Blaise Compaoré, dans les mêmes domaines pris pour cible par l’homme du Quai d’Orsay.

Pire, ce langage, qui peint l’avenir proche du Burkina en noir, pourrait bien décourager le plus téméraire des investisseurs potentiels, qu’il soit local ou étranger. Est-cela l’objectif de la France officielle qui a pourtant régulièrement, apprécié positivement, ses relations avec le Burkina Faso? «Non», affirme une source proche du gouvernement burkinabè qui pense que Paris se démarquera sans doute de cette démarche de Laurent Bigot. Cependant, il faut reconnaître à ce dernier, le mérite de tirer sur la sonnette d’alarme. Il l’aurait fait, quelques mois plus tôt, que cela aurait peut-être évité au Mali de sombrer dans cette crise qui parait sans fin. fasozine.com

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Afrique, Burkina Faso, Evènements Burkina, Mali - Evénement, Mali - Niger / Cédéao, Vidéos Dossiers ..., est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s