Mali. Pourquoi la France en voulait à Amadou Toumani Touré

Paris ne pleurera pas Amadou Toumani Touré. Sur la question touarègue, sur la guerre en Libye, sur des questions bilatérales, le président malien a beaucoup irrité l’ancien colonisateur ces derniers temps. Explications.

Officiellement, Paris dénonce avec la plus vive énergie le coup d’Etat qui vient d’avoir lieu au Mali. Mais en diplomatie, la vérité est dans les nuances. Alors que les Etats-Unis et un communiqué du Conseil de sécurité de l’ONU appellent très clairement au rétablissement du président Amadou Toumani Touré dans ses prérogatives, la France se contente d’exiger des élections au plus vite et de suspendre sa coopération avec le Mali, comme le veut une coutume qui n’a été remise en cause ces dernières années que pour les putschistes du CNT libyen. La France avait de nombreuses raisons d’en vouloir à Amadou Toumani Touré, même si l’on peut supposer qu’elle comptait davantage sur des élections que sur un coup d’Etat pour s’en débarrasser.

La pomme de discorde du « pacte migratoire »

Paris en voulait à ATT pour des raisons bilatérales en premier lieu. Le président malien avait refusé de signer un «pacte migratoire» avec Paris. Un pacte destiné à limiter l’immigration régulière, à lutter contre l’immigration clandestine, et qui devait subordonner toute aide au développement à l’adhésion du Mali aux objectifs français en termes de contrôle des flux de population. «Malgré les pressions exercées par le ministère de l’Intérieur ou le gouvernement français sur l’État malien, ce dernier a refusé d’apposer sa signature. Pour le Mali, le très faible taux de régularisation des ses ressortissants présents en France (et qui risquent donc l’expulsion) est une question sensible : pour cause, le montant des transferts de fonds effectués par les Maliens vivant en France est estimé à 295 millions d’euros par an, soit 11 % du PIB malien», révèle une note du Comité catholique contre la faim pour le développement (CCFD).

La question de la gestion de la crise en Libye et du problème du nord

L’opinion publique malienne a pris fait et cause pour l’ex-«Guide» libyen Muammar Kadhafi durant son duel avec les rebelles du CNT, à tel point que des marches de soutien ont été organisées à Bamako. ATT était sur la même ligne et s’est clairement inquiété des conséquences de l’équipée de l’OTAN en Libye pour la stabilité de son pays et a reproché aux Occidentaux de n’avoir rien fait pour désarmer la Légion islamique de Kadhafi – composée en grande partie de Touaregs aujourd’hui liés à l’insurrection.

La France s’est par ailleurs montrée agacée par le refus d’ATT de la laisser intervenir directement sur son sol dans le cadre de la lutte contre AQMI (Al Qaida au Maghreb islamique) et est allée jusqu’à accuser mezza voce son entourage de profiter du business des rançons payées en échange des otages occidentaux. La Première Dame malienne n’avait-elle pas payé des biens de consommation avec des billets de banque ayant transité par les mains des preneurs d’otage ?

Paris complice du MNLA ?

Une bonne partie de l’opinion malienne et des officiels du régime ATT dénonçaient, ouvertement ou pas, la complaisance de la France pour les rebelles du MNLA, malgré leurs crimes odieux. Alors qu’ATT insistait sur le respect de l’intégrité territoriale du Mali, l’ancien colonisateur était en tout cas – comme en 2002 en Côte d’Ivoire – favorable à un cessez-le-feu et des négociations avec les rebelles touaregs sans aucun préalable en termes de désarmement.

«C’est peu dire que l’éviction d’ATT a été suivie de près à Paris, qui voit partir sans regret un partenaire jugé insuffisant face aux grands défis du Sahel – instabilité, développement, immigration et terrorisme. Certes, mardi, Alain Juppé a condamné le coup d’État, appelé au respect de l’ordre constitutionnel et à la tenue «le plus vite possible» des élections prévues le 29 avril. La France a aussi annoncé la suspension de sa coopération avec le Mali, hormis l’aide humanitaire et la lutte antiterroriste. Mais des sources diplomatiques n’hésitent pas à jeter une lumière plus crue sur un président malien «fatigué» et un pouvoir«en manque de confiance» par rapport à la population. D’autres parlent d’un président «dans le déni» de la gravité de la situation militaire au nord du pays, dans le déni aussi du dialogue avec les rebelles touaregs, que Paris juge nécessaire», résume ainsi Le Figaro.

Par deux fois, Christian Rouyer, ambassadeur de France au Mali, s’était déjà signalé par des sorties peu diplomatiques (voir encadré). «J’ai entendu que l’Etat n’a pas joué son rôle. En fait, la classe politique n’a pas joué son rôle ! Combien de débats à l’Assemblée nationale sur le Nord-Mali ? Combien même de questions orales ? (…) La classe politique a démissionné au nom d’un consensus de façade qui lui a fait perdre tout esprit critique», disait-il ainsi, appelant quasi-ouvertement les députés à contester les options d’ATT.

Philippe Brou

Renaud Vignal – Christian Rouyer : des similitudes troublantesLes libertés que prennent les ambassadeurs français dans leurs anciennes colonies sont-elles un signal pertinent de ce que l’Elysée envisage un «plan B» ? En tout cas, la manière de communiquer de Christian Rouyer, ambassadeur à Bamako en 2012, et de Renaud Vignal, ambassadeur à Abidjan en 2002, se ressemblent étrangement. Lettres ouvertes au vitriol et plaidoyers belliqueux contre tout ce qui ressemble à une mise en accusation de Paris. Extraits.1. Renaud Vignal en 2002, dans une lettre ouverte à Honorat de Yédagne, alors directeur général de Fraternité-Matin

«J’ai écouté votre déclaration hier soir, au journal télévisé de 20h sur RTI, et je viens à vous faire part aussitôt de mon indignation et de ma déception devant les propos mensongers que vous avez proférés sur l’attitude de mon pays par rapport à la Côte d’Ivoire dans la crise que connaît votre pays depuis le 19 Septembre (…) Que vous ayiez à Abidjan des « bourreurs de crânes » stupides dans leur nationalisme exacerbé et xénophobes, passe encore. Mais que le Rédacteur en chef de Fraternité Matin, vous, que j’ai tenu à recevoir à déjeuner, avec toute votre équipe, après votre accession à vos nouvelles responsabilités pour vous manifester notre intérêt et notre estime pour ce que vous entrepreniez pour Fraternité Matin, vous qui m’aviez demandé, et obtenu, des contacts avec des quotidiens comme « Le Monde » lors de votre dernier voyage à Paris ; que vous, vous vous laissiez aller, au nom de je ne sais quelle hystérie nationaliste, à hurler avec les loups les plus imbéciles contre la France, les bras m’en tombent.»

Christian Rouyer, en 2012, dans une lettre ouverte réclamant la fin des « procès d’intention » contre la France

«Comment croire un seul instant que la France puisse cautionner une entreprise qui porterait atteinte à l’unité et à l’intégrité territoriale du Mali ? Comment croire un seul instant que la France ne soit pas attachée aux institutions maliennes, si proches des siennes ?

Comment croire un seul instant que la France ne soit pas soucieuse de préserver la stabilité du Mali, alors qu’elle consacre, chaque année, des millions d’euros au soutien de son développement et accueille sur son sol des dizaines de milliers de Maliens ?

Comment croire un seul instant que la France puisse s’associer à une entreprise qui compromettrait le processus électoral, à trois mois des élections, alors que des candidats de valeur se sont déjà déclarés ?

Comment croire un seul instant que la France puisse ne pas se sentir solidaire du peuple malien, quand une partie de la population est jetée sur les routes de l’exil et menacée d’une crise humanitaire grave ?

Comment croire un seul instant que la France qui a contribué à sauver la population de Benghazi, qui se pose en défenseur de celle de Homs, puisse ne pas condamner un massacre qui serait perpétré sur le sol malien ?

Comment croire un seul instant que l’Ambassade de France à Bamako, du seul fait qu’elle s’efforce d’entretenir des contacts avec toutes les composantes de la vie politique malienne et de la société civile, chercherait à «déstabiliser le pouvoir actuel» ?

Alors, de grâce, que cessent les procès d’intention, les jugements à l’emporte-pièce, les récupérations fallacieuses, les spéculations gratuites et les accusations sans fondement, dont les auteurs ne mesurent pas les conséquences ! La visite, le 9 février, du ministre français de la Coopération est venue rappeler, à point nommé, la solidité des liens qui unissent la France et le Mali, le souci de la France que l’intégrité territoriale du Mali soit respectée, et la nécessité de parvenir le plus tôt possible à un cessez-le-feu au Nord Mali, en préalable à l’ouverture d’un dialogue ouvert et sans tabou entre tous. Cela seul compte !»

Le nouveau courrier – Cameroonvoice

Voir aussi:

Coup d’Etat au Mali: Un journal français dévoile la complicité de Paris

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Afrique, Mali - Evénement, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s