Côte D’Ivoire : Les manipulations du côté de l’économie

Paris offre une aide de 400 millions à la Côte d’Ivoire

Côte d’Ivoire/Enlèvement du Président Gbagbo : La responsabilité de Ban Ki Moon engagée

La chute de Laurent Gbagbo : espoir ou désespoir pour l’Afrique ?

Bain de sang sous protectorat de l’ONU et des soldats de la Licorne en Côte d’Ivoire

L’amitié entre Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara a-t-elle influé?Ally Coulibaly, le nouvel ambassadeur de Côte d'Ivoire, nommé par Alassane Dramane Ouattara, a présenté le vendredi 28 janvier 2011 au palais de l'Elysée les lettres de créance l'accréditant au Président français Nicolas Sarkozy // Photo : Elysée

ALLY COULIBALY, LE NOUVEL AMBASSADEUR DE CÔTE D’IVOIRE, NOMMÉ PAR ALASSANE DRAMANE OUATTARA, A PRÉSENTÉ LE VENDREDI 28 JANVIER 2011 AU PALAIS DE L’ELYSÉE LES LETTRES DE CRÉANCE L’ACCRÉDITANT AU PRÉSIDENT FRANÇAIS NICOLAS SARKOZY // PHOTO : ELYSÉE

RTBF – Les présidents français et ivoiriens sont des amis proches. Dès lors, les opposants d’Alassane Ouattara ont eu beau jeu de dénoncer une opération française dictée par le copinage en Côte d’Ivoire. Qu’en a-t-il vraiment été de l’influence de cette amitié sur l’évolution de la crise ivoirienne?

A propos de Nicoals Sarkozy, le président ivoirien Alassane Ouattara a récemment déclaré à L’Express: « si j’ai cinq ou six vrais amis dans le monde, il en fait partie ».

De quoi accréditer la thèse soutenue par les partisans de Laurent Gbagbo selon laquelle Alassane Ouattara est l’homme de Paris, installé au pouvoir par la France pour défendre ses intérêts.

L’entremise de l’homme d’affaires Martin Bouygues

Pour rappel, le père de l’indépendance ivoirienne et premier chef d’Etat du pays, Félix Houphouët-Boigny, avait confié dès 1990 la gestion privée de l’eau et de l’électricité de Côte d’Ivoire à l’industriel français Martin Bouygues. A cette époque, le Premier ministre ivoirien s’appelle Alassane Ouattara. Ce dernier « devient alors très proche de Bouygues », rappelle Antoine Glaser sur lepost.fr.

Or, Nicolas Sarkozy est un ami intime de l’industriel français. C’est donc par l’entremise de ce dernier que les futurs présidents français et ivoiriens vont se rencontrer et nouer des liens. Des liens qui vont ensuite se renforcer au fil des années.

Le mariage avec Dominique Nouvian

En août 1991, Martin Bouygues sera un invité en vue lors de la cérémonie du mariage d’Alassane Ouattara avec la Française Dominique Folloroux (née Dominique Nouvian et veuve d’une première union).

Cette dernière est une redoutable femme d’affaires. Elle était notamment en charge de l’impressionnant patrimoine immobilier d’Houphouët-Boigny. Elle a également, entre autres, racheté les licences Jacques Dessange aux Etats-Unis. De par ses activités et sa proximité avec le premier président ivoirien, elle devient une amie de Martin Bouygues et entretient des relations privilégiées avec d’autres grands hommes d’affaires français.

Ce mariage va donc permettre au Premier ministre Alassane Outtara d’étoffer son réseau français. Précisons que ce mariage n’a pas été célébré par Nicolas Sarkozy comme on a pu le lire à de nombreuses reprises. Cette allégation n’était qu’une rumeur propagée sur la toile, au point d’être reprise par certains médias généralistes, mais unanimement démentie depuis.

Ce qui est avéré par contre, c’est que suite à cette union, Nicolas et Cécilia Sarkozy vont bel et bien se rapprocher du couple Ouattara. Ce toujours par l’entremise de Martin Bouygues.

Le tournant de la dévaluation du franc CFA

En 1993, sous la pression des institutions financières internationales et de la France, le franc CFA (la monnaie unique qui a cours dans la zone CFA) est dévalué. Alassane Ouattara, toujours chef du gouvernement de Côte d’Ivoire, travaille énormément sur ce dossier avec le Ministre du budget français. Un ministre du budget qui n’est autre que Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy qui effectuera son premier voyage en Côte d’Ivoire en 1997. « Il y accompagne Martin Bouygues en tant qu’avocat d’affaires pour rencontrer à Abidjan Henri Konan Bédié [président de Côte d’Ivoire entre 1993 et 1999, ndlr] et défendre les contrats noués par son ami dans le pays », raconte Gilles Labarthe sur lepost.fr. « Ouattara est alors un ami personnel de Sarkozy. Il a intégré ses cercles familiaux et il est possible qu’ils se soient vus lors de cette visite plus économique que politique », poursuit l’auteur de l’ouvrage « Sarko l’Africain ».

A partir de ce moment, la relation entre les Sarkozy et les Ouattara ne fera que se renforcer.

Au point d’avoir poussé le président français à s’ingérer dans la crise ivoirienne au profit de son « ami » ?

Nicolas Sarkozy se serait vraisemblablement accommodé de Laurent Gbagbo

« Si Gbagbo avait gagné, Sarkozy aurait fait avec », estime Antoine Glaser, toujours sur lepost.fr. « D’autant qu’avant la présidentielle de 2010, l’ancien président ivoirien faisait beaucoup de business avec Bolloré et Bouygues », poursuit cet analyste. Or ces deux hommes d’affaires sont, on le sait, des proches du président français.

Mais le fait est que c’est bel et bien Alassane Ouattara qui a remporté le scrutin. Et dès lors, les inclinations personnelles et la raison politique se sont superposées dans le chef de Nicolas Sarkozy. L’Elysée avait donc irréversiblement choisi son camp et résolument soutenu le président ivoirien élu face au président ivoirien sortant.

Gilles Labarthe confirme ce constat. Pour lui, le « profil de Ouattara, qui est un économiste libéral, avec une formation de diplomate et de fonctionnaire rompu à l’économie de marché, correspond parfaitement aux intérêts de la France et des Etats-Unis en Afrique de l’Ouest. […]. Il convient mieux à l’Elysée que Gbagbo, qui est difficile à gérer, imprévisible… Et en plus, Sarkozy et Ouattara ont des liens amicaux donc c’est encore mieux ».

Reste que désormais, Alassane Ouattara, ami avéré de Nicolas Sarkozy et ex-directeur adjoint du FMI va devoir convaincre, non seulement ses électeurs mais surtout ceux qui n’ont pas voté pour lui (autour de 45% des électeurs tout de même), qu’il n’est pas une marionnette au service des instances internationales et de la France.

Une véritable gageure en perspective étant donné l’ampleur des défis qui se dressent face à lui.

En vrac et sans prétendre à l’exhaustivité on relèvera les chantiers suivants : relancer l’économie et le commerce international, réorganiser le système de redistribution des revenus au niveau national, gérer avec tact le « cas Gbagbo », réunifier un pays coupé entre Nord et Sud depuis le début des années 2000, partager les prébendes entre ses alliés conjoncturels – Guillaume Soro (Premier ministre et « bras armé » sans qui le président eût été totalement démuni face aux forces pro-Gbagbo) et Henri Konan Bédié (qui a appelé à voter Ouattara entre les deux tours de l’élections) notamment,…

Bref, après avoir chassé par la lutte Laurent Gbagbo de son fauteuil présidentiel, Alassane Ouattara a seulement gagné le droit d’entamer d’autres combats de longue haleine. De nouveaux combats dans lesquels il pourra vraisemblablement encore une fois compter sur ses « amis ».

En effet, outre les « 180 millions d’euros d’aide à la reconstruction » de la Commission européenne, la Côte d’Ivoire bénéficiera surtout d’un « soutien financier exceptionnel de 400 millions d’euros » de la France.

Paris offre une aide de 400 millions à la Côte d’Ivoire

Publié : le 14/04/2011  Argent et politique

Puisqu’ici chez nous, c’est à dire en Europe et ensuite en France tout va bien (pas de crise économique, pas de chômage, pas de pauvres, le paradis sur terre quoi!!!), l’Europe peut se permettre d’aider les autres dont la Côte- d’Ivoire à hauteur dont 400 millions d’euros rien que pour la France! C’est beau de vivre dans un pays riche!!!

La France et l’Union européenne ont débloqué mardi quelque 580 millions d’euros d’aide d’urgence en faveur de la Côte d’Ivoire afin de permettre au régime fragile du président ivoirien Alassane Ouattara de se stabiliser après l’affrontement avec Laurent Gbagbo. La France va apporter dans les prochains jours « un soutien financier exceptionnel de 400 millions d’euros » pour aider notamment à satisfaire les besoins urgents des populations et de la ville d’Abidjan, a annoncé sa ministre des Finances Christine Lagarde. De son côté, la Commission européenne a débloqué 180 millions d’euros, disponibles immédiatement pour aider à la reconstruction économique du pays, la réconciliation, la démocratie, lors d’une réunion à Luxembourg des ministres européens des Affaires étrangères. « Nous avons insisté sur la nécessité de participer à la reconstruction de ce pays si gravement éprouvé », a déclaré le chef de la diplomatie française Alain Juppé.

Il s’agissait pour l’UE de faire le point sur les moyens de stabiliser le nouveau régime en place, après plus de quatre mois d’une crise politique née du différend sur le résultat de l’élection présidentielle entre les deux candidats rivaux. Elle s’est soldée lundi par l’arrestation du président sortant Laurent Gbagbo.

Levée des sanctions

Dans un geste en faveur d’Alassane Ouattara, les Européens ont d’ores et déjà levé vendredi des sanctions clés qu’ils avaient imposées pour contraindre Laurent Gbagbo à quitter le pouvoir en l’asphyxiant financièrement. Elles visaient les deux grands ports du pays, Abidjan et San Pedro, ainsi que deux entreprises stratégiques dans les secteurs du pétrole, du cacao et du café, essentiels pour l’économie ivoirienne. D’autres mesures similaires devraient suivre. Les autres sanctions seront supprimées « aussi rapidement que possible », a déclaré le responsable des questions africaines au sein du service diplomatique européen, Nicholas Westcott.

Au-delà de l’aide d’urgence, la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a assuré quant à elle que l’UE allait fournir « un soutien à long terme à la Côte d’Ivoire afin de promouvoir la prospérité en vue de garantir la stabilité et d’aider à la reconstruction du pays ». Reste à l’UE à trouver où dégager l’argent frais. Car, en parallèle, elle entend aussi mobiliser des fonds pour soutenir l’émergence des régimes démocratiques en Afrique du Nord, au moment où l’Europe traverse une crise budgétaire.

Crise économique

Locomotive de l’Afrique de l’Ouest francophone et leader de l’Union économique et monétaire régionale (Uemoa, dont elle représente 40 % du PIB), la Côte d’Ivoire traverse la plus grave crise économique et sociale de son histoire. Son économie, qui repose en grande partie sur les exportations de cacao, traverse une crise sans précédent. Problèmes d’approvisionnement, inflation, chômage, système bancaire grippé : tout le quotidien des familles comme des entreprises est bouleversé. Toutefois, l’aide européenne ne s’annonce pas comme un chèque en blanc.

L’image d’Alassane Ouattara, président reconnu par la communauté internationale, apprécié de l’Occident et ex-responsable du Fonds monétaire international, a été gravement ternie par les accusations visant les Forces républicaines, qui lui sont loyales, après le massacre de centaines de personnes à Duékoué (ouest), pendant la prise de la ville le 29 mars.

Source: lepoint.fr

Côte d’Ivoire/Enlèvement du Président Gbagbo : La responsabilité de Ban Ki Moon engagée

Le 14 avril 2011 – directscoop – PARIS – Les avocats du Président ivoirien Laurent Gbagbo ont engagé jeudi, dans un courrier adressé au Secrétaire Général de l’ONU, sa « responsabilité personnelle», celle de l’ONU et de la France quant à la vie et au traitement que pourrait subir leur client.

« A quel titre et sur quel fondement juridique le président Laurent Gbagbo,
son épouse, les membres de sa famille et ses collaborateurs sont en état
d`arrestation? », « quelles sont les conditions de leur détention? », questionnent-ils.

Une source à l’ONU a confirmé mercredi la déportation du Président ivoirien Laurent Gbagbo, précisant qu’il avait été conduit dans le nord. Le Président ivoirien a été capturé lundi par les forces françaises puis remis aux combattants de Ouattara.

La France a avancé le mandat de l’ONU pour pilonner toute la nuit du dimanche au lundi la résidence présidentielle où se trouvaient le Président ivoirien et ses proches. Les forces de Ouattara avaient échoué à maints reprises lors de leurs différents assauts sur la résidence.

Le contentieux électoral né du scrutin du 28 novembre s’est transformé en une guerre avec l’ingérence armée de la France et de l’ONU (Organisation des Nations Unies) qui soutiennent Alassane Ouattara.

Le Président Laurent Gbagbo, a été reconnu et investi Président par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs  en Côte d’Ivoire alors qu’Alassane Ouattara, se fonde lui sur une certification « controversée et précipitée » du représentant de l’ONU à Abidjan. http://directscoop.net/2011/04/14/capture-president-gbagbo-responsabilite-ban-ki-moon-engagee/

La chute de Laurent Gbagbo : espoir ou désespoir pour l’Afrique ?

Written by Calixte.B on avril 14th, 2011

Le 11 avril 2011, les Forces spéciales françaises arrêtent Laurent Gbagbo, sa famille et ses collaborateurs présents à la résidence présidentielle, et les livre tous à son rival Alassane Ouattara, ce qui, pour bien d’observateurs, marque la fin d’une crise née d’un coup d’Etat manqué le 19 septembre 2002. Une crise qui unit et divise à la fois les intellectuels africains selon qu’on se positionne pro-Gbagbo ou pro-Ouattara. Analyses de Calixte BANIAFOUNA… Lire la suite


Bain de sang sous protectorat de l’ONU et des soldats de la Licorne en Côte d’Ivoire

LES MOUTONS ENRAGÉS – 12 avril 2011

J’avais déjà souligné, dans le texte « Côte D’Ivoire : Comment on manipule l’économie des peuples pour enrichir l’élite mondaine?« , le fait que les grandes corporations multinationales, dont Armajaro et son patron sanguinaire Anthony Ward, avaient un grand impact dans les troubles politiques et économiques de la Côte D’Ivoire. J’ai appris récemment que le petit-fils de Dominique Ouattara et d’Alassane Ouattara, Loïc Folloroux, était également le ‘directeur Afrique’ d’Anthony Ward. Ce serait donc Loïc Folloroux, qui sert de lien entre l’esclavagiste Anthony Ward, l’insurrection armée d’Alassane Ouattara, alors que son épouse, Dominique Ouattara a des liens étroits avec plusieurs membres de l’ONU et du secteur des affaires en Afrique. Un tel conflit d’intérêt aurait fait scandale dans n’importe quel pays développé du monde, mais lorsqu’il s’agit des malversations de l’ONU et de la communauté internationale, dans un pays comme la Côte d’Ivoire, le tout passe sous silence!

Depuis le 29 mars 2011, la situation en Côte d’Ivoire est devenue très volatile : les forces pro-occidentales de Ouattara ont débuté l’invasion du sud du pays, avec l’appui des forces de l’ONUci et des troupes françaises ‘Licorne’. Le but est évidemment de prendre possession d’Abidjan, la capitale, et de se débarrasser de Gbagbo dans le meilleur des cas. Pour y parvenir, la conquête des ports commerciaux, dont celui de San Pédro en tête de liste, est jugé nécessaire pour lever le blocus économique et gagner l’appui des Ivoiriens. C’est dans un tel contexte de lutte qu’on constate les priorités des différentes parties impliquées et que leur vrai visage est mis à nu. Voici une petite chronologie des événements des 7 derniers jours en Côte d’Ivoire :

-29 mars : Invasion de l’ouest ivoirien par les forces pro-Ouattara supportées par la communauté internationale, et massacres de 800 à 3000 individus, notamment à Duékoué.

-31 mars : Les forces pro-Ouattara contrôlent le principal port d’exportationdu cacao et du café de San Pédro et commencent à charger deux cargos français pour exporter le cacao et le café, malgré l’embargo de la communauté internationale.

-31 mars : Diffusion de messages prétendant que plusieurs militaires pro-Gbagbo auraient fait défection, mais des vidéos propagées par les partisans de Gbagbo démontrent l’inverse.

-1e avril : Les ex-FDS qui ont rejoint les pro-Ouattara sont placés au front et on n’hésite pas à les assassiner dans le dos. Plusieurs corps d’ex-FDS, “avec des impacts de balles dans le dos” ont étés retrouvés dans les villes reconquises.

-1e avril : Conquête par les pro-Gbagbo de l‘Hôtel du Golf, où se cachait Alassane Ouattara avant sa fuite sous escorte de l’ONUci

-4 avril : Des combats intenses auraient repris dans la ville de San Pédro, oùles FDS ont reconquis le port commercial et ont commencés à déchargés les cargos français qui tentaient de “voler” le cacao et le café ivoirien.

-4 avril : Les forces de l’ONUci attaquent par hélicoptère le palais présidentielet la résidence de Gbagbo.

-5 avril : Au moins 2300 civils tués et des milliers autres blessés, par les bombardements aériens des forces françaises et de l’ONUci

-5 avril : Mort du porte-parole des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), le Colonel-Major Gohourou Babri, qui tomba dans une embuscade des militaires français, qui ont ouvert le feu “sans sommation”.

Plusieurs analystes de la situation en Côte D’Ivoire prétendent que la principale priorité des pro-Ouattara est la conquête de San Pédro, afin de ré-ouvrir le commerce international du cacao et du café ivoirien, et ainsi rallier les producteurs agricoles du pays. Abidjan ne serait donc qu’un objectif secondaire, se débarrasser de Gbagbo serait une prime, mais qui ne profiterait pas à l’ONU au niveau politique. Dans tous les cas, que le conflit perdure ou se conclu hâtivement, les seuls gagnants ici seront Anthony Ward, ses collaborateurs parasites français et membre de sa famille, sans oublier sa corporation, Armajaro, et ses actionnaires. Ce même Anthony Ward qui, je le rappel, a embauché Loïc Folloroux, fils de Dominique Ouattara et Alassane Ouattara comme ‘directeur Afrique’, qui sert de  lien entre SON insurrection et l’ONU.

http://unionrevolte.blogspot.com

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Afrique, Côte d’Ivoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s