Côte d’Ivoire – La fin de Gbgabo (dossier Archives presses – mises à jours)

N’étant ni un pro-Ouatarra ou un pro-Gbagbo ni pro-Licorne… ni pro-FMI, ni pro-mondialisation… (anti-NOM)

« Si je tombe pendant le combat enjambez mon corps et continuez la lutte », dixit Laurent GBAGBO !

Côte d’Ivoire: Les pro-Ouattara se livrent à des représailles (Amnesty)

Le12 avril 2011 pardirectscoop

(Video) Les reactions de Blé Goudé

Ble Goudé demande que les uns et les autres s\’asseillent pour parler de reconciliation.

(Video) Voici les reactions de Blé Goudé

Les pro-Gbgabo accusent la France d’avoir orchestré l’arrestation

Simone & Laurent Gbagbo humiliés (photos)

les conditions de la chute de Gbagbo affaiblissent Ouattara

Désiré Tagro, l’ex-ministre de l’Intérieur de Laurent Gbagbo, est mort des suites de ses blessures infligées lors de l’assaut final de la résidence de Gbagbo

Licorne largue les cadavres de légionnaires et rebelles en haute mer

Exclusif : Ces documents qui accablent la France

Le deal de Sarkozy : 80 % du pétrole ivoirien pour la France

Dès les premières dépêches de L’AFP et REUTERS il était bien question de l’arrestation par les forces Licorne, pour ensuite livrer Gbagbo aux rebelles… ensuite sont venus des affirmations contradictoires dans cette même presse officielle…

(Info Guerre ci 13gmt: Reuters révèle que Gbagbo aurait été capturé par les forces spéciales de Licorne)

Le film de l’arrestation du President Laurent Gbagbo

Africa presse – “Ne me tuez pas!”: ce sont les premiers mots qu`a prononcés, selon un témoin, l`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo quand ses tombeurs sont venus le chercher lundi à sa résidence d`Abidjan, humiliant épilogue d`une décennie de règne mouvementé.

“Il y avait des mines un peu partout dans la cour” de l`imposante demeure, raconte à l`AFP un élément des Forces républicaines (FRCI) de son rival Alassane Ouattara.

M. Gbagbo s`y était retranché depuis une semaine devant l`offensive des FRCI, appuyées par des frappes aériennes de la France et de l`ONU.

“Nous avons des éléments qui ont été blessés, qui ont marché sur les mines qui étaient installées dans la cour”, poursuit le combattant.

“On a jeté des gaz lacrymogènes dans la maison et puis le commandant Vetcho (l`un des chefs militaires FRCI) est rentré”.

“Quand il s`est retrouvé face à Gbagbo, devant son bureau, la première phrase que Gbagbo a dite, c`est: +ne me tuez pas+”, affirme-t-il.

“Ils lui ont fait porter un gilet pare-balles et puis le commandant Vetcho, le commandant Wattao, Chérif Ousmane, Morou Ouattara (trois autres chefs FRCI) ont formé un blocus pour le protéger parce que certains de nos éléments voulaient en finir avec lui tout de suite”.

“On l`a mis dans un 4×4 de Wattao, à l`arrière, et on l`a conduit directement” au Golf Hôtel, QG du camp Ouattara dans le même quartier de Cocody (nord), indique ce témoin.

“On l`a fait entrer discrètement dans l`hôtel. Il était protégé par des éléments de la sécurité des FRCI et des gendarmes de l`ONU”, a dit un autre témoin.

“J`ai vu (son épouse) Simone arriver dans le hall, elle portait une longue robe. Les gars de la sécurité des FRCI essayaient de la protéger de la foule qui tentait de la frapper. Malgré ça, il y en a certains qui, semble-t-il, ont réussi à lui donner quelques coups, lui tirer les cheveux. On entendait les gens l`insulter, la traiter de +sorcière, guenon, escadron de la mort+”, a-t-il dit.

Selon le combattant pro-Outtara, “les gens ont arraché son foulard, l`ont déchiré, ils disaient qu`ils allaient garder ça en souvenir”.

L`ex-homme fort d`Abidjan et sa femme ont été placés dans une suite, et leurs proches dans d`autres pièces, a-t-il précisé. “Il y a des soldats onusiens et des FRCI pour sécuriser tout ce monde”.

La télévision TCI, symbole du camp Ouattara, diffusait lundi en boucle des images aussitôt historiques, aux airs de catharsis pour une bonne moitié du pays: celles d`un Laurent Gbagbo K-O dans sa suite, assis sur un lit.

Des photographies montrent, à l`autre bout du lit, son épouse hirsute, hagarde et prostrée, les yeux clos. Cette fervente chrétienne évangélique a l`air plongée dans ses prières.

Après la chute, l`ancien numéro un est un sexagénaire épuisé et bedonnant, en sueur et en maillot de corps, entouré de FRCI, de son fils Michel – un métis né d`un premier mariage avec une Française – qui vient juste d`échapper aussi à un lynchage, du ministre de l`Intérieur de M. Ouattara, Hamed
Bakayoko, et de Wattao.

Dernière humiliation: l`un des hommes l`aide à retirer sa chemise, son fils lui tend une serviette blanche avec laquelle il s`éponge le visage ainsi que les aisselles, puis on l`aide à enfiler une autre chemise.

http://www.africapresse.com/actualite/le-film-de-larrestation-du-president-laurent-gbagbo/12/04/2011/

https://i2.wp.com/static.lexpress.fr/pictures/179/91871_capture-d-ecran-de-la-tv-ivoirienne-tci-montrant-laurent-gbagbo-apres-son-arrestation-le-11-avril-2011-a-abidjan.jpg

http://static.lexpress.fr/pictures/179/91871_capture-d-ecran-de-la-tv-ivoirienne-tci-montrant-laurent-gbagbo-apres-son-arrestation-le-11-avril-2011-a-abidjan.jpg

 

Toussaint Alain, conseiller de Laurent Gbagbo, a affirmé mardi au cours d’une conférence de presse à Paris que le président déchu a été « enlevé par des éléments des forces spéciales françaises ». Il a notamment affirmé que les soldats français seraient passés par un souterrain reliant la résidence de l’ambassadeur de France au palais présidentiel pour déloger Laurent Gbagbo.
Pour Toussaint Alain, l’intervention de la France est « un coup d’Etat » destiné à s’accaparer « les ressources de la Côte d’Ivoire ».

Le président Gbagbo arrêté par les forces françaises et remis aux rebelles

Publié le11 avril 2011 par directscoop

Gbagbo capturé : par les Français ou par les Ivoiriens ?

Par Pierre Haski | Rue89 | 11/04/2011 | 15H26

Qui a réellement capturé Laurent Gbagbo, lundi dans sa résidence d’Abidjan où il était retranché depuis huit jours ? Les partisans du Président sortant affirment que ce sont les forces spéciales françaises, mais Paris, tout comme le camp du PrésidentAlassane Ouattara reconnu par la communauté internationale, démentent et affirment que ce sont des soldats ivoiriens, membres des « forces républicaines » pro-Ouattara, appuyées par les Français de la force Licorne et l’ONU.

Aucune image n’existe de l’assaut déterminant de la résidence de Laurent Gbagbo, qui a été précédé d’une intense activité militaire française, dimanche soir et lundi matin.

( La suite )

« Ouattara a du sang sur les mains » Dominique Paillé bfm 11 04 2011 (+ Labertit, dignissime)

par Gri-Gri-International« Ouattara a du sang sur les mains » Dominique Paillé bfm 11 04 2011 c’est dit quelques heures après l’arrestation illégale du président ivoirien élu Laurent Gbagbo par l’armée française et ses forces spéciales, http://www.legrigriinternational.com (vidéo)

Bernard Houdin… « La faute de la france »

Les pro-Gbgabo accusent la France d’avoir orchestré l’arrestation

12 avr 2011 dans Le Soir

« Laurent Gbagbo a été enlevé par des éléments des forces spéciales françaises qui l’ont ensuite conduit à l’hôtel du Golf », QG de son rival Alassane Ouattara, reconnu président élu par la communauté internationale, a déclaré le conseiller à Paris du président sortant, Toussaint Alain. « L’intervention militaire de la France est une grave atteinte à la souveraineté de notre pays. Pour nous, il s’agit d’un odieux coup d’Etat perpétré par l’armée française qui n’a d’autre dessein que recoloniser la Côte d’Ivoire pour s’emparer de ses immenses ressources », a-t-il ajouté au cours d’une conférence de presse.

Coups de feu et pillages à Abidjan

Alors que les Forces républicaines (FRCI) du nouveau chef d’Etat Alassane Ouattara avouaient être débordées, les pillages qui, la semaine dernière s’étaient concentrés en zone sud – à présent davantage sécurisée, grâce notamment à la présence de l’ONU et de la force française Licorne – battaient leur plein au nord.

« A une heure du matin, des individus armés sont arrivés à bord de plusieurs 4×4, ont défoncé le portail d’entrée d’une maison, sont entrés et sont ressortis quelques instants après avec la télé, les appareils électro-ménagers, et même le véhicule 4×4 qui était garé », a raconté un résident.

Après des jours de combats, et alors que les armes n’ont jamais été aussi nombreuses dans les rues de la capitale économique, le Plateau, qui abrite le palais présidentiel, demeure un quartier dangereux.

Démenti

Laurent Gbagbo a été arrêté lundi après-midi par les forces pro-Ouattara, après un pilonnage de sa résidence officielle à Abidjan mené par les forces françaises en appui de celles de la Mission des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci), selon l’ONU, Paris et le camp de M. Ouattara.

La France a déjà plusieurs fois nié que ses troupes soient intervenues directement dans l’assaut final contre la résidence présidentielle. « M. Toussaint doit être malade. Je serais content s’il reprenait contact avec la réalité de son pays », a encore réagi mardi auprès de l’AFP le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero.

« Libérer Gbagbo »

Durant toute la conférence de presse, organisée en présence de Jacques Vergès, avocat français proche de Laurent Gbagbo, M. Toussaint qualifié M. Gbagbo de « président de la République de Côte d’Ivoire » affirmant que « Ouattara n’a pas le pouvoir ».

« Le gouvernement légal et légitime de Côte d’Ivoire exige la libération immédiate et sans conditions de Laurent Gbagbo » ainsi que de son épouse, ses collaborateurs et son entourage, a-t-il ainsi déclaré. Il « demande l’arrêt immédiat de la chasse aux sorcières lancée par les milices de Ouattara ».

« Nous demandons que Ouattara accepte de discuter avec le président de la République Laurent Gbagbo » sans qui « il ne peut y avoir de paix durable », a-t-il enfin déclaré.

Lundi soir, la télévision de M. Ouattara (TCI) avait diffusé des images de Laurent Gbagbo qui déclare souhaiter « qu’on arrête les armes et qu’on rentre dans la partie civile de la crise ».

M. Ouattara a pour sa part appelé à « s’abstenir de tout acte de représailles ou de violences » et annoncé le lancement d’une « procédure judiciaire contre Laurent Gbagbo, son épouse et ses collaborateurs ». (afp) Article source

Simone & Laurent Gbagbo humiliés

Allain Jules

ARRIVEE DE SIMONE GBAGBO AU GOLF HÔTEL

Ultime humiliation: Simone Gbagbo par terre

Certains jugent logique que ces images soient montrées, parlant de l’arrogance du couple Gbagbo, raillant leur foi en Dieu qui les aurait lâché. D’autres disent que ce n’est pas normal de montrer ces malheureux que sont aujourd’hui, Laurent et Simone Gbagbo. C’est vrai que je diffuse ces images mais je trouve que le camp Ouatarra joue mal en les humiliant ainsi. C’est mon avis.

Peut-être que la vengeance est un plat qui se mange froid mais, il ne faut pas une chasse aux sorcières. Peut-être que maintenant, sachant que certains sont vraiment meurtris par l’issue de cette lutte de 4 mois, pas de doute possible: la raison du plus fort est toujours la meilleure alors, qui veut aller loin, ménage sa monture, comme dit le dicton. Peut-être que certains comprendront, enfin, que je n’ai jamais été un pro-Ouatarra ou un pro-Gbagbo.

Les premiers mots de Laurent Gbagbo après son arrestation


J’ai vraiment mal pour la Côte d’Ivoire. De voir notamment l’ex première dame malmenée, sans sa perruque etc, fait très mal. Une triste fin…Prions pour la paix en CÔTE d’IVOIRE !

Michel GBAGBO le fils ainé du président ivoirien blessé

Nombreuses personnes présentes avec le président Gbagbo on été frappés

Côte d`Ivoire: les conditions de la chute de Gbagbo affaiblissent Ouattara Publié le mardi 12 avril 2011   |  AFP

Côte

© Getty Images – Côte d`Ivoire: Gbagbo et son épouse, arrêtés, amenés au QG de Ouattara

Les éditorialistes mettent l`accent mardi sur les défis qui attendent le président ivoirien Alassane Ouattara après la chute de son rival Laurent Gbagbo et s`interrogent sur les conséquences de l`intervention militaire directe de la France, ex-pouvoir colonial.
« Ouattara a peut-être gagné mais sa victoire hier montre les faiblesses du
président élu il y a quatre mois », relève François Sergent dans Libération.
« Ce n`est pas lui qui a finalement délogé et fait plier son rival, Laurent
Gbagbo, mais les forces de l`ONU menées par l`armée de l`ancien colonisateur. »
« Le pire, une guerre civile sans frein, a sans doute été évité », estime Laurent Marchand dans Ouest France. « Le plus difficile commence pourtant: la pacification. »
« Gbagbo a été arrêté. Si cette issue ne peut que réjouir puisque potentiellement synonyme de fin de massacres et de terreurs pour les populations, il est permis de s`inquiéter des conséquences de l`intervention militaire directe de la France« , énonce Pierre Bastien dans La Marseillaise.
« +Le cauchemar est terminé+. On voudrait tellement croire cette affirmation de l`ancien Premier ministre ivoirien Guillaume Soro !, renchérit Olivier Picard dans les Dernières Nouvelles d`Alsace. Mais « la violence du conflit va laisser des traces qui ne s`effaceront pas sous l`effet de la volonté de l`Onu », poursuit l`éditorialiste. « Les conditions de la défaite finale de Gbagbo affaiblissent, paradoxalement, la légitimité de la victoire de son
vainqueur. Toutes les précautions oratoires prises par Paris n`y changeront rien : Alassane Ouattara restera, dans les esprits, un président installé par les bombardements et les hélicoptères français… »
« Que la Licorne française ait mis un doigt de pied dans la résidence de Gbagbo ou pas, de toute façon l`assaut final n`aurait pas pu réussir sans l`intervention encore plus directe des hélicoptères, des chars et de forces spéciales françaises », résume Xavier Panon de La Montagne.
Pour Hervé Favre de La Voix du Nord, « la reddition de Laurent Gbagbo met fin à une situation surréaliste » sans garantir « pour autant le retour rapide à la paix civile ».
« La volonté des gagnants de traduire Laurent Gbagbo devant la justice ne plaide pas pour une réconciliation rapide, surtout si les enquêtes sur les exactions s`arrêtent à la porte du vainqueur », poursuit-t-il.
« Seule la capture de Laurent Gbagbo pouvait ouvrir la voie à l`apaisement en Côte d`Ivoire », où « la crise n`est pas finie ». Le nouveau président devra, aussi, « prouver qu`il n`est pas la marionnette de la France », ce qui pourrait se révéler une tâche « ardue », souligne Patrick Fluckiger dans L`Alsace.
« En attendant », ironise-t-il, « les fortes paroles de Nicolas Sarkozy, qui avait juré de rompre avec la vieille pratique des interventions armées de la France en Afrique, sont à ranger au rayon, déjà bien garni, des effets de manche non suivis de concrétisation ».

L’ex-ministre de l’Intérieur de Gbagbo est mort à la suite de l’assaut final

Par THOMAS HOFNUNG – liberation.fr

Désiré Tagro, proche du président sortant Laurent Gbagbo, le 25 février 2010.

Désiré Tagro, proche du président sortant Laurent Gbagbo, le 25 février 2010. (© AFP Issouf Sanogo)

Désiré Tagro, l’ex-ministre de l’Intérieur de Laurent Gbagbo, est mort ce matin des suites de ses blessures infligées lors de l’assaut final de la résidence de Gbagbo, à la résidence de Cocody, affirment plusieurs sources bien informées à Abidjan.

Présent dans les sous-sols de la résidence aux côtés de la famille Gbagbo, il aurait été sévérement battu à coups de crosse par les soldats pro-Ouattara. Il a été transporté hier soir par les forces de l’Onu à l’hôpital Pisam d’Abidjan, où il est décédé.

Désiré Tagro était une figure du régime déchu. Considéré comme un dur, il avait négocié les accords de Ouagadougou qui, en mars 2007, avaient établi une feuille de route pour aller aux élections présidentielles.

Une centaine de personnes ont été appréhendées, lundi, par les forces de Ouattara, à la résidence de Cocody, dont certains responsables de la sécurité et des militaires qui pourraient être impliqués, entre autres, dans l‘enlèvement du journaliste franco-canadien, Guy-André Kieffer.

COTE D’IVOIRE : Licorne largue les cadavres de légionnaires et rebelles en haute mer

Par : rue225.com ou ael225.net

Une catastrophe écologico-environnementale est en cours sur le littoral abidjanais. Plusieurs corps en décomposition dûment reconnus comme étant ceux de soldats Licorne ou rebelles sont réjétés par la mer. Pareil scénario est observé sur les bretelles lagunaires divisant le district d’Abidjan. Quelle en est l’origine ? De sources proches de l’ONU, la future remplaçante de M. Young J. Choi en Côte d’Ivoire aurait, au sortir d’un entretien avec M. Bi Ki-Moon et ce, en prélude à sa prise de fonction en Côte d’Ivoire prévue le lundi 11 avril prochain, exigé que des consignes soient données à Licorne et à l’ONUCI, afin de débarrasser Abidjan de toutes les saletés et autres cadavres en putréfaction avancée qui en jonchent les artères. Depuis avant-hier, cette information, par circulaire interposée, à été donnée aux forces impartiales. Licorne, surtout, en a saisi l’opportunité pour nettoyer ses placards. Ce n’est un secret pour personne en Côte d’Ivoire, depuis le déclenchement des combats qui émaillent cette crise postélectorale, Licorne et l’ONUCI qui s’y sont invités ont perdu beaucoup d’éléments. Côté Licorne, on parle au moins de 100 soldats de race blanche sans compter plusieurs dizaines de légionnaires tués comme des mouches sur les théâtres d’opération (Bataille d’Abobo, Guiglo, Daloa puis enfin Abidjan). Une crise très vité étouffée avait opposée, il y a quelques semaines, l’ONUCI à Licorne au sujet de 37 corps sans vie de soldats Licorne qui avaient combattu aux côtés des troupes de l’organisation onusienne. Incapable de justifier à Paris la mort de ses soldats, Licorne avait plaidé pour leur conservation à la morgue du siège de l’ONUCI à l’ex-Hôtel Sebroko, en attendant des jours bien meilleurs. C’est désormais chose faite. Avec cette décision, Licorne trouve-là l’occasion de régler en partie son problème. Depuis avant-hier nuit, jusque toute la mi-journée ce samedi 9 avril 2011, les ballets d’hélicoptères sur le front maritime ont été des plus incessants. On ne sait trop pour quelle raison, mais ces aéronefs ont passé tout le temps a largué en très haute mer des objets supposés être des corps humains que des témoins, y compris les pêcheurs traditionnel des villages maritimes ainsi qu’un reporter de rue255.com ou ael255.net, ont pu constater. Tous étaient en droit de croire que ces actions étaient de banales opérations de nettoyage de ces aéronefs. Seulement, plusieurs corps humains (race blanche ou métis avec des tatouages, et d’autres bardés d’amulettes) en putréfaction pour les uns et repoussés par la mer ont échoué sur les différentes berges. Berges du périmètre portuaires, plages du tronçon Abidjan-Bassam, abords de l’île Boulay, tout y passe. Une catastrophe écologico-environnementale guette Abidjan, qui ne s’est pas encore débarassée en intérieur de la multitude de cadavres encore dans les rues que les populations emjambent chaque jour.

Philippe Rémond, professeur français, un proche de Gbagbo assassiné à Yamassoukro.

Philippe Rémond, parti comme coopérant puis resté sur place, professeur de sciences industrielles à l’institut national polytechnique de Yamassoukro.

Il avait publiquement, à la télévision ivoirienne, à maintes reprises, depuis 2002 et jusqu’à ces dernières semaines, dénoncé les positions colonialistes de la France et son soutiens aux rebelles sanguinaires du Nord. Ceux-ci ont maintenant pris le contrôle de la ville de Yamassoukro, comme de presque toute la Côte d’Ivoire et vont pouvoir faire régner leur ordre. Philippe Rémond se sachant en danger avait quitté son domicile et s’était caché à l’hôtel, malheureusement ceux qui en voulaient à sa vie l’ont retrouvé! (Article Le Post)

Assassiné le (31) mars 2o11, dans sa chambre d’hotel dans cette ville par les rebelles de Ouattara. Les autorités françaises dans leur volonté d’imposer ouattara a la tête de la Côte-d’Ivoire sont prêts à faire assassiner leurs propres ressortissants.Ce professeur a plusieurs fois dénoncé le pillage de l’Afrique par la france à travers le franc CFA et vient de payer de sa vie. La presse française le présente comme un pro Gbagbo aujourd’hui et le ministère des affaires étrangères français veut couvrir sa mort en disant qu’il a sans doute été tué d’une balle perdue.Sachant que les rebelles sont à Yamoussoukro depuis plus de 48h et que la ville est tombée sans combattre comment ce français a pu être victime d’une balle perdue dans des combats?oooooh honte à sarkozy et aux autorités françaises

Les faux billets de Ouattara

Dans les poches des rebelles morts au combat à Abidjan on découvre chaque fois des faux billets.ouattara le délinquant a payé ses mercenaires avec de fausses coupures de franc cfa.Les mercenaires de ouattara qui pillent tout sur leur passage le font pour se payer avec la bénédiction de ouattara.Vous qui avez perdu tous vos biens,vous savez vers qui vous retourner pour demander réparation.facebook/lamajoritepresidentielle


Exclusif . Côte d’Ivoire : Ces documents qui accablent la France

LUNDI, 11 AVRIL 2011 – 

Des câbles issus des services de renseignements et de la diplomatie française ont été publiés exclusivement aujourd’hui par Inner City Press sur son site Internet (www.innercitypress.com/frun1cote040811.html). Ces documents mettent à nu les manigances ombrageuses de la France, dans la crise ivoirienne de sa naissance à nos jours.

Cela passe par la manipulation de L’ONU et la communauté internationale à travers des rapports éhontés sur le dispositif militaire ivoirien, l’organisation de la rébellion et la stigmatisation des leaders jeunes déterminés à s’affranchir désormais de la colonisation.

Dans le premier document, le général de division Elrick IRASTORZA de la Force Licorne écrit au Représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu en charge de l’ONUCI pour attirer son attention sur le suivi des armes et munitions de l’armée régulière ivoirienne, en laissant transparaitre que cette armée détient des munitions à forte capacité destructrices du fait d’un manque de contrôle à l’aéroport d’Abidjan. Curieusement, il ressort plus récemment, que c’est la France est accusée de violer l’embargo sur les armes en fournissant des armes aux forces rebelles d’Alassane Ouattara.

Le second document étale la parfaite connaissance française de la rébellion conduite dirigée par Guillaume SORO ainsi que son organisation, ses sources financières et ses abus.

Dans le troisième document, la France sans doute déçue par l’échec d’une visite de trois chefs d’Etat africains en Côte d’Ivoire, à savoir Obasanjo du Nigeria, Thabo Mbeki de l’Afrique du Sud et Tandja du Niger surfe dès lors sur la possibilité d’une intervention la communauté internationale à « imposer une solution ». Car selon elle, le temps joue en faveur du président GBAGBO. Rappelons que ceci se passe en 2006.

Dans le quatrième document, la France relève pour le déplorer, la neutralité de l’Afrique du Sud conduite par le Président THABO MBEKI.

Dans le cinquième document, la France analyse la situation politique au Libéria pays voisin de la Cote d’Ivoire. Elle remarque malgré la victoire Ellen Johnson Sirleaf sa difficulté à pouvoir réaliser ses promesses électorales, également, La France remarque que cette dernière a préféré s’attacher les services américains pour sa sécurité.

Le sixième document est le constat fait par la France sur le silence observé par le gouvernement malien et sa presse vis-à-vis de la crise Ivoirienne. La France trouve que cette décision a le mérite de ne pas échauffer les esprits dans un pays ou la stabilité politique est remarquable et nécessaire pour lui permettre de faire face aux défis de la pauvreté

Le septième document est un récapitulatif du projet de sanction et la réaction des personnalités visées (Charles Blé Goudé et Eugène Kouadio)

En parcourant ces documents, l’on se rend compte que ce qui arrive en Côte d’Ivoire aujourd’hui est l’aboutissement d’un processus minutieusement préparé par la France. Pour arriver à ses desseins, elle a toujours su anticiper sur les décisions et influencer en tant de besoins toutes les personnes, les Etats ou les organisations ayant un rôle à jouer dans la crise qu’elle a créée en Côte d’Ivoire.

Jusqu’où ira-t-elle ?. Attendons voir. Pour l’instant prions et faisons le deuil de nos enfants, nos frères, nos parents et amis tués jusque-là. Qu’ils soient de la gauche ou de la droite, du Centre, de l’Est ou de l’Ouest, du Nord ou du Sud, ils sont africains, instrumentalisés par la France pour protéger le petit déjeuner de sa progéniture.

« En chaque morceau de chocolat se trouvent la sueur, les larmes et le sang de l’Afrique »

Maurice TCHASSO – Africa Libré

Le deal de Sarkozy : 80 % du pétrole ivoirien pour la France

Roland Macheferle 11 avril 2011

Selon des sources proches des négociations qui ont précédé l’attaque française contre la résidence de Laurent Gbagbo, un chantage aurait été fait au président sortant de la part des autorités françaises concernant les richesses du sous-sol ivoirien. Paris aurait fait à Laurent Gbagbo la proposition de retenir pour la France, 80 % du pétrole ou des revenus du bassin pétrolier du Golfe de Guinée.

Sur les 20 restants, une ponction de 10 % devrait être faite pour le compte du Burkina Faso et le reste à la Côte d’Ivoire. Des sources proches de ces discussions téléphoniques tripartites (Élysée, Ambassade de France en Côte d’Ivoire, Ministère français des Affaires étrangères) indiquent que le président sortant aurait opposé un refus plus que catégorique. Laurent Gbagbo aurait conseillé à ses interlocuteurs de l’assassiner plutôt de d’espérer de lui qu’il abonde dans leur sens.

La liaison téléphonique ainsi rompue entre les trois parties, la France n’a eu d’autre alternative que d’ordonner l’attaque de la résidence de Laurent Gbagbo et d’y positionner des éléments rebelles des FRCI.

Nous avons appris par ailleurs qu’un bâtiment de surface de la marine nationale française se serait positionné à proximité de la zone tanker du port d’Abidjan, non loin de deux supertankers « Baobab » et « Espoir ». Une information qui tend à confirmer la volonté de Paris de placer sous son contrôle la production pétrolière ivoirienne. Article source


Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Afrique, Côte d’Ivoire, Vidéos Dossiers ..., est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Côte d’Ivoire – La fin de Gbgabo (dossier Archives presses – mises à jours)

  1. chapes dit :

    Albert Einstein a déclaré entre autre :  » Le sort de l’humanité sera en général celui qu’elle méritera « , pour lui,  » Ce ne sont pas ceux qui font le mal qui rendent le monde insupportable, mais ceux qui regardent et laissent faire « . Des centaines de milliers se gens ont pu entendre dernièrement sur une télé officielle, Claude Cabannes journaliste responsable à L’Humanité, appuyer la thèse officielle et archi fausse de l’élection gagnée par Ouattara et mettre en balance égale Gbagbo et Outtara, l’un ne valant pas mieux que l’autre. Voilà un parti, le PCF, qui s’était grandement honoré autrefois, et qui maintenant fait plus que regarder et laisser faire, il accompagne le Pire, l’horreur ! France, tes enfants sont trahis, à toi de le voir et de faite le ménage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s