Côte d’Ivoire: condamnation de l’intervention du recours à la force par l’Onu et la France dans le conflit

l’Union africaine condamne l’intervention

Le président de l’Union africaine, Teodoro Obiang Nguema, a dénoncé mardi le recours à la force par l’Onu et la France en Côte d’Ivoire. « A l’heure actuelle, on enregistre d’importantes pertes humaines en Côte d’Ivoire »

L`Afrique du Sud réservée sur les attaques françaises et de l`ONU à Abidjan

« Je ne me rappelle pas avoir donné un mandat à quiconque pour un
bombardement aérien sur la Côte d`Ivoire » L`Afrique du Sud a exprimé ses réserves face aux attaques par l`ONU et la France – la ministre des Affaires étrangères, dont le pays siège actuellement au Conseil de sécurité de l`ONU

Moscou préoccupé par le recours des casques bleus à la force

Le mauvais choix des armes

Alors qu’il avait la légitimité pour lui, Alassane Ouattara a préféré l’option armée pour forcer le destin, juge sévèrement le quotidien camerounais Le Messager. (Lien)

Usa/Sénateur InHofe : « Alassane Ouattara est illégitime » (Lien directscoop)

Barack Obama soutient « fermement » les actions de l’ONU et de la France (Lien)

Côte d’Ivoire/bombardements : Au moins 2307 civils tués (Armée) Au moins 2307 civils tués et des milliers autres blessés, lundi, par les bombardements aériens des forces françaises et de l’Onuci selon un bilan provisoire, de nombreux objectifs non militaires ont été pris pour cibles par « les feux des hélicoptères français » (Lien directscoop)

Les ivoiriens de la Diaspora se mobilisent contre les agissements de la France en Côte d’Ivoire (Lien)

– la situation humanitaire « absolument dramatique »

Manque de vivres, coupures d’eau… Abidjan au bord d’une catastrophe alimentaire

© REUTERS/ Emmanuel Braun

l’Union africaine condamne l’intervention

MOSCOU, 5 avril – RIA Novosti

Le président de l’Union africaine, Teodoro Obiang Nguema, a dénoncé mardi le recours à la force par l’Onu et la France en Côte d’Ivoire dans le conflit entre Laurent Gbagbo, perdant de la présidentielle, et Alassane Ouattara, candidat reconnu par la communauté internationale, rapportent les médias.

« A l’heure actuelle, on enregistre d’importantes pertes humaines en Côte d’Ivoire », a indiqué M.Nguema, en ajoutant que l’Union africaine « exerçait des pressions » pour qu’Alassane Ouattara devienne président ivoirien. Toutefois, cela ne doit pas selon lui provoquer une guerre ou l’intervention d’une armée étrangère.

Selon le président en exercice de l’UA, « l’Afrique n’a pas besoin d’une influence étrangère » et saura gérer elle-même ses propres problèmes.

La Côte d’Ivoire est actuellement le théâtre d’un violent conflit. Le président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo, refuse de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara et s’est mis à utiliser depuis le mois de mars des armes lourdes contre ses adversaires.

Jeudi 31 mars, les forces pro-Ouattara sont entrées dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire, Abidjan, avant d’y instaurer un couvre-feu jusqu’à dimanche. Les frontières et l’espace aérien du pays ont été fermés.

La mission de l’Onu (Onuci) et le contingent français (Licorne) qui l’appuie se sont engagés dans des hostilités aux côtés de M.Ouattara, en portant des frappes aériennes contre les positions des pro-Gbagbo.

L`Afrique du Sud réservée sur les attaques françaises et de l`ONU à Abidjan Publié le mardi 5 avril 2011 | AFP

05 avril 2011 – L`Afrique du Sud a exprimé mardi ses réserves
face aux attaques par l`ONU et la France des derniers bastions du président
ivoirien sortant Laurent Gbagbo à Abidjan, et insisté sur la nécessité de
trouver « une solution pacifique » au conflit.
« Je ne me rappelle pas avoir donné un mandat à quiconque pour un
bombardement aérien sur la Côte d`Ivoire », a déclaré la ministre des Affaires
étrangères Maite Nkoana-Mashabane, dont le pays siège actuellement au Conseil
de sécurité de l`ONU, lors d`un point de presse à Pretoria.
« Nous ne soutenons pas nécessairement ce que nous n`avons pas voté »,
a-t-elle ajouté.
Les forces d`Alassane Ouattara, président reconnu par la communauté
internationale, ont lancé la semaine dernière une offensive éclair qui leur a
permis de prendre le contrôle d`une grande partie du pays, mais se sont
heurtées à la résistance des pro-Gbagbo à Abidjan.
La mission de l`ONU en Côte d`Ivoire (Onuci) et la force française Licorne
ont annoncé avoir tiré lundi depuis des hélicoptères sur des armes lourdes
entreposées dans les camps militaires d`Agban et d`Akouédo, au palais et à la
résidence présidentielle.
L`ONU et la France ont expliqué avoir agi en vertu de la résolution 1975 du
Conseil de sécurité pour « neutraliser les armes lourdes utilisées contre les
populations civiles ».
Dans cette résolution votée à l`unanimité le 30 mars, le Conseil de
sécurité apporte son « entier soutien » aux forces de l`ONU en Côte d`Ivoire
(Onuci) pour utiliser « toutes les mesures nécessaires » pour assurer leur
mandat qui est de protéger les civils et d`empêcher l`utilisation d`armes
lourdes contre les population civiles.
« L`Afrique du Sud est très inquiète de la détérioration de la situation
sécuritaire et humanitaire en Côte d`Ivoire », a souligné la ministre, en
appelant la Communauté économique des Etats d`Afrique du l`Ouest (Cédéao),
l`Union africaine (UA) et l`ONU à « persévérer dans leur quête d`une solution
pacifique ».
L`Afrique du Sud avait accueilli la semaine dernière le chef d`Etat-major
de l`armée ivoirienne, Philippe Mangou, qui s`était réfugié à la résidence
officielle de l`ambassadeur sud-africain à Abidjan. La ministre a précisé que
l`adjoint au chef de la police avait également trouvé refuge dans cette
résidence.
Les deux hommes ont quitté les lieux dimanche. « Un matin, ils se sont
levés, et ils ont dit qu`ils voulaient partir. Nous n`avions pas le droit de
les en empêcher », a dit Mme Nkoana-Mashabane.
Elle a par ailleurs démenti des rumeurs selon lesquelles Laurent Gbagbo
pourrait s`exiler en Afrique du Sud. « Nous n`avons jamais invité un citoyen
d`un quelconque pays à s`exiler chez nous. Laurent Gbagbo n`a pas dit qu`il
voulait l`asile politique en Afrique du Sud », a-t-elle déclaré.

Posté par TIFLA2011

Moscou préoccupé par le recours des casques bleus à la force

Côte d'Ivoire
© REUTERS/ Luc Gnago
MOSCOU, 5 avril – RIA Novosti

La Russie souhaite évaluer la légitimé du recours à la force par les casques bleus des Nations unies en Côte d’Ivoire, a déclaré mardi devant les journalistes à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« Selon les informations de la nuit dernière, la mission de l’Onu (Onuci) et le contingent français (Licorne) qui l’appuie se sont engagés dans des hostilités aux côtés de M.Ouattara, en portant des frappes aériennes contre les positions des pro-Gbagbo. Nous sommes en train de clarifier l’aspect juridique du problème, le mandat de l’Onuci l’obligeant à être neutre et impartiale, et avons demandé un point de presse urgent au Conseil de sécurité », a indiqué M.Lavrov.

La Côte d’Ivoire est actuellement le théâtre d’un violent conflit. Le président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo qui a perdu l’élection présidentielle de décembre face à son rival Alassane Ouattara, reconnu président élu par la communauté internationale, refuse de céder le pouvoir et s’est mis à utiliser depuis le mois de mars des armes lourdes contre ses adversaires.

Jeudi 31 mars, les forces pro-Ouattara sont entrées dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire, Abidjan, avant d’y instaurer un couvre-feu jusqu’à dimanche. Les frontières et l’espace aérien du pays ont été fermés.

Le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté une résolution appelant à cesser les violences en Côte d’Ivoire et décrétant des sanctions contre M.Gbagbo et son entourage.

Côte d'Ivoire

© REUTERS/ Luc Gnago

Usa/Sénateur InHofe : « Alassane Ouattara est illégitime »

WASHINGTON, DC – le sénateur américain Jim Inhofe (R-Okla.), membre éminent de la commission sénatoriale des services armés (SASC) et du commité chargés des relations étrangères du Sénat (SFR), a indiqué lundi que l’opposant ivoirien Alassane Ouattara  était « illégitime pour diriger la Côte d’Ivoire », lors d’une conférence de presse devant la chaîne américaine RightNetwork ajoutant que  » les récents rapports des massacres perpétrés par les forces de Ouattara » sont des « preuves supplémentaires » et   »que les États-Unis doivent changer leur position en Côte d’Ivoire ».

« Il est maintenant clair, basé sur les rapports des Nations Unies sur la Côte d’Ivoire, que des massacres ont eu lieu sous le contrôle d’Alassane Ouattara, » a déclaré Inhofe.  »Cela remet en question sa légitimité à diriger ce pays. Ouattara fait un carnage, tuant des civils innocents, et il doit être stoppé avant que ce soit un autre Rwanda » a souhaité le Sénateur.

Le Sénateur Inhofe a par ailleurs appelé les Etats-Unis à réclamer  un cessez-le « pour empêcher Ouattara et son armée rebelle de commettre un massacre de masse sur les Ivoiriens, en particulier sur les nombreux jeunes présents au palais présidentiel ».

« Basé sur les témoignages que j’ai vus, et après avoir parlé avec plusieurs dignitaires en Afrique, j’ai soulevé la question des élections frauduleuses en Côte d’Ivoire à l’attention du secrétaire d’État Clinton à plusieurs reprises lors des derniers mois. J’ai appelé les Etats-Unis à soutenir de nouvelles élections, mais à ce jour, ces efforts ont reçu très peu d’attention » a déploré le Sénateur américain. « Sur la base de nouveaux rapports faisant état de 1.000 personnes tuées par Ouattara à Duékoué, j’espère que les États-Unis reconsidérons cette position », a t-il souhaité.

«L’agenda du sénateur John Kerry est complet en ce moment, mais j’ai interpelé son attention, et je sais qu’il est sensible à la situation. Je vais lui demander d’ouvrir une enquête sur les fraudes perpétrées lors de l’élection ainsi que les atrocités commises par Ouattara.  », a t-il conclu.

La vidéo du Sénateur américain a été rendu publique lundi avant que ne soit disponible  l’information relative aux tueries d’au moins 2307 civils par les bombardements des forces françaises et onusiennes.


Manque de vivres, coupures d’eau… Abidjan au bord d’une catastrophe alimentaire

Manque de vivres, coupures d’eau et d’électricité etc. Les conditions de vie des populations se dégradent davantage ces derniers jours dans la capitale économique.

La population d’Abidjan est depuis quelques jours confrontée à une pénurie de nourritures. Ce manque de vivres est durement ressenti dans toutes les communes de la capitale économique. Cette situation alimentaire catastrophique qui se profile à l’horizon est liée à l’offensive lancée ces derniers jours par les forces pro Ouattara contre celles encore fidèles à Ggagbo occasionnant la paralysie des transports. Du coup l’approvisionnement des marchés et autres commerces est devenu quasiment impossible. Ceux qui ont encore cependant les moyens financiers éprouvent des difficultés à s’alimenter parce qu’ils ne peuvent plus mettre le nez dehors. Les populations à la recherche de nourritures le font au péril de leur vie. Des ressortissants libanais auraient trouvé la mort dans la matinée d’hier dans leur entêtement sur le pont De gaule. Un meurtre qui aurait été attribué aux miliciens de Laurent Gbagbo qui contrôlent en ce moment la commune du Plateau. A côté de cette rareté de vivres, les populations d’Abidjan sont désormais confrontées à des coupures intempestives d’eau et d’électricité. L’eau et le courant sont devenus des denrées rares dans les foyers même chez les nantis.

Toutes les communes sans exception sont en ce moment touchées par ce phénomène qui est aussi dénoncé par les habitants. Le couvre-feu instauré par le gouvernement Ouattara fait grincer des dents. Des populations souhaitent que les heures arrêtées (12 heures à 06 heures), soient allégées par les autorités pour mettre fin à leurs souffrances. Puisse que, selon elles, les conditions de vie ne sont pas réunies en ce moment. Par ailleurs l’assaut lancé par la coalition internationale contre les derniers bastions de Gbagbo se poursuit. Des tirs à l’arme lourde ont été entendus ce mardi dans certains endroits de la capitale économique.

Des sources proches des Forces de résistance de Côte d’Ivoire, (Frci) confirment contrôler la résidence présidentielle sise à Cocody. Une information vite démentie par le ministre des affaires étrangères de Gbagbo, Alcide Djédjé réfugié en ce moment à l’ambassade de France qui précise que son patron serait toujours dans sa résidence.

Wassimagnon, Koaci.com Abidjan

Côte d`Ivoire: la situation humanitaire « absolument dramatique »

AFP

Crise

© Getty Images – Crise post-électorale : Des familles quittent leur domicile pour se réfugier à l`Eglise Catholique St Ambroise d`Angré
Photo : Un homme distribuant du pain aux enfants

news.abidjan.net–  La situation humanitaire à Abidjan en Côte d`Ivoire est devenue « absolument dramatique » pour les civils pris dans les combats, a indiqué mardi l`ONU.
« La situation humanitaire s`est encore détériorée et est devenue absolument
dramatique à Abidjan où les combats se déroulent toujours », a expliqué à l`AFP
la porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l`ONU,
Elisabeth Byrs.
« La plupart des hôpitaux ne marchent pas, ils manquent d`oxygène… quant
aux ambulances, elles ne fonctionnent pas non plus et quand elles roulent, on
leur tire dessus », avait-elle expliqué peu auparavant lors d`un point de
presse.
« L`accès aux populations civiles est impossible en raison des problèmes de
sécurité », a ajouté la porte-parole, faisant état « de cadavres de personnes
tuées gisant dans les rues depuis plusieurs jours ».
Selon le Haut commissariat de l`ONU aux droits de l`homme, des dizaines de
personnes auraient trouvé la mort dans les combats à l`arme lourde qui se sont
déroulés ces derniers jours dans la capitale économique ivoirienne.

 

François Danel, directeur Général d’Action contre la Faim témoigne en direct de Duékoué via Action contre la Faim (France)

Depuis une semaine, l’Ouest de la Côte d’Ivoire a basculé dans une situation d’extrême urgence. Le massacre de Duékoué, où des centaines de personnes ont été tuées entre le 27 et le 29 mars en est le symbole. Action contre la Faim, déjà présente sur le terrain, s’apprête à renforcer son intervention en urgence alors que les risques d’ exactions perdurent et que la précarité des conditions sanitaires fait craindre une tragédie humanitaire.

© Getty Images

© Getty Images

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Afrique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s