Côte d’Ivoire – L’ONUCI Une force internationale d’interposition vraiment impartiale?


« Professionnalisme étonnant » et l’arsenal alimentaire  de contrebande [vidéo]

« Avant que le top départ ne soit lancé, certains pays de la région, comme le Burkina Faso ou le Nigeria, ont probablement contribué à armer et à entraîner les ex-rebelles, qui sont équipés de neuf. Il est également vraisemblable que des conseillers militaires français et américains aient participé à la conception de cette opération » [1]
«Le Burkina Faso et le Nigeria ont probablement contribué à armer et à entraîner les ex-rebelles», estime Antoine Glaser. Crédits photo : LUC GNAGO/REUTERS.

« Professionnalisme étonnant »

Depuis le scrutin présidentiel du 28 novembre, le chef de l’État sortant refuse de céder le pouvoir à son rival, reconnu vainqueur de l’élection par les Nations unies. Dans Le Figaro, Antoine Glaser, spécialiste de l’Afrique et ancien directeur de La Lettre du Continent, souligne que l’attaque lancée lundi par les forces pro-Ouattara, après plusieurs semaines de discrets préparatifs, « témoigne d’un professionnalisme étonnant ». « Avant que le top départ ne soit lancé, certains pays de la région, comme le Burkina Faso ou le Nigeria, ont probablement contribué à armer et à entraîner les ex-rebelles, qui sont équipés de neuf. Il est également vraisemblable que des conseillers militaires français et américains aient participé à la conception de cette opération, laquelle répond à l’évidence à un ordre de marche très précis », explique-t-il.

Selon Toussaint Alain, Laurent Gbagbo n’entendait pas céder « à un coup d’État postélectoral d’Alassane Ouattara, qui est soutenu par une coalition internationale« .

Ali Coulibaly, l’ambassadeur de Côte d’Ivoire en France nommé par Alassane Ouattara, a déploré de son côté l’entêtement de Laurent Gbagbo. « On a un peu le sentiment que Laurent Gbagbo veut mourir en héros, la cause est totalement indéfendable, ça n’en vaut pas la peine », a-t-il dit sur i>Télé.

Au terme d’une rapide offensive vers le Sud, les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) fidèles à Alassane Ouattara sont arrivées jeudi à Abidjan avec l’intention d’évincer Laurent Gbagbo. Elles ont accentué vendredi leur offensive dans Abidjan, attaquant la résidence de Laurent Gbagbo et le palais présidentiel.

Selon Toussaint Alain, les FRCI sont renforcées par une « coalition armée » comprenant des soldats du Nigeria, du Burkina Faso, du Sierra Leone et du Sénégal. Il affirme que les « forces onusiennes et françaises » transportent les troupes de Ouattara « d’une ville à une autre. » « On ne fait pas cent kilomètres en une journée. On les héliporte », dit-il. [2]

INTERVIEW – L’ancien directeur de La Lettre du continent, Antoine Glaser spécialiste de l’Afrique répond au journal LE FIGARO (Lien)

Cote d’Ivoire: Découverte d’armes dans les containers de la Force Licorne au port d’Abidjan [vidéo]

L’ONUCI – Une force internationale d’interposition impartiale?

Voir aussi cette vidéo sur Facebook, datant du 16 décembre 2o1o – Une retransmission d’un journal de TF1 sur la RTI (Radiodiffusion Télévision Ivoirienne): «  Côte d’Ivoire: L’O.N.U. au combat aux côtés des rebelles » (lien)

 

Selon Salvator Saguès, un des responsables Afrique d’Amnesty international répondant aux questions de RFI affirme que les deux camps se sont livrés à des exactions extrêmement graves. « Certains des actes commis par les hommes armés des deux camps, sont des crimes de guerre« .  Plusieurs civils ont été tué et il y a toujours le « commando invisible » [pro-Ouattara, Ndrl]  qui se livre à des actes très graves. Il y a, des deux côtés, des mercenaires libériens, des informations très préoccupantes sur le recours à des enfants soldats. Les deux côtés laissent ces éléments agir à leur guise en toute impunité.

Les deux camps se trouvent dans une situation de violence extrême avec des éléments incontrôlés.

Amnesty International estime que cette situation-là, qui est une situation de conflit interne, où le droit international humanitaire s’applique, ces actes, directement menés contre des civils sans discrimination, peuvent constituer des crimes de guerre et les deux parties peuvent devoir répondre de crimes de guerre.

Amnesty International reste extrêmement inquiets des risques de voir les Forces républicaines se livrer à des représailles de grande envergure envers des partisans avérés ou supposés de Laurent Gbagbo. Et lance un appel à Alassane Ouattara pour qu’il donne des ordres pour que ces actes s’arrêtent et que les responsables soient suspendus de leurs fonctions et qu’ils rendent des comptes. (lien)

RFI : Le rôle de l’Onuci n’est-il pas justement de protéger les civils ?

Salvator Saguès : « Nous sommes inquiets à propos du rôle de l’Onuci. Effectivement, l’Onuci a connu certaines attaques de la part de partisans du président Gbagbo. Il n’empêche que, à Duékoué par exemple, alors que des dizaines de milliers de personnes s’étaient réfugiées dans la mission catholique et que la ville était livrée aux Force républicaines, l’Onuci qui était à 3 km a mis beaucoup de temps à se déployer pour protéger ces personnes. »

Donc nous avons fait plusieurs appels disant à l’Onuci qu’elle a pour mandat de protéger les populations. Nous avons parfois l’impression que ce mandat n’est pas réellement accompli de manière rapide pour vraiment défendre la population et nous appelons l’Onuci à protéger la population dans l’ouest du pays mais également à Abidjan. Nous avons l’impression qu’il y a une population qui est sans aucune protection et qui peut être livrée aux mains de ces éléments incontrôlés, d’autant plus que, comme vous le savez la crise a causé des centaines de milliers de déplacés qui ont quitté des quartiers d’Abidjan, qui ont quitté des zones dans l’ouest du pays et qui se trouvent totalement démunis et sans aucune protection.

Photo: La Presse Canadienne /AP/Rebecca Blackwell

Des chefs d’Etats interpellés sur « l’ingérence grave » de l’ONUCI en Côte d’Ivoire:

lettre d’indignation d’intellectuels africains aux dirigeants du monde (lien)

Plusieurs intellectuels et personnalités, pour la plupart d’origine africaine ont appelé vendredi les chefs d’Etats de pays membres de l’ONU à s’opposer « clairement contre l’ ingérence grave »  des forces onusiennes « qui menace (…) la  Côte d’Ivoire ». Ces intellectuels, au nombre d’une vingtaine, s’interrogent sur le sens d’une telle « ingérence ». « Peut-on laisser quelques personnes dévoyer l’idéal de fraternité et de paix entre les Nations, voulu par les Etats membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ? », écrivent-ils dans le document transmis à plusieurs chef d’Etat dont Hu Jin Tao de Chine, Dmitri Mdvedef de Russie et Dilma Roussef du Brésil.

Sources: lepoint.fr[1], Le Figaro[2], RFIdirectscoop

« Alain Toussaint face à un mythomane » (Vidéo de la désinformation de média fr, par Robert Ménard et déformation flagrante d’une certaine réalité et certain faits…)

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Afrique, Vidéos Dossiers ..., est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s