Document: Le Viol – Une arme de guerre au Congo [Vidéo]

« Le Viol – une arme de guerre au Congo »

Les viols collectifs continuent au Nord Kivu en toute impunité. Que fait sur place la Monusco, la plus importante opération de maintien de la paix dans le monde ?

L’hôpital de Panzi se trouve à Bukavu, la capitale de la province du Sud-Kivu. Ici, ils traitent les grands blessés et traumatisé: les femmes et les filles.

Elles sont les victimes de viols horribles. Parce que dans le nord-guerre au Congo est toujours en cours. des milices en maraude errent dans les forêts inaccessibles, tuant, pillant et brûlant. Les femmes et les enfants sont systématiquement violés et maltraités.

Susanne Babila, cameraman Jürgen Killenberger et ingénieur du son Felix Hugenschmidt ont accompagné certaines femmes pendant quatre semaines et sont devenus des témoins de inimaginables violations des droits humains.

Ndamosu MBuefuh est de 70 ans. Elle a été violée à plusieurs reprises, son mari et cinq enfants ont été tués. Trente ans Ntakobajira MBisimwa était retenu prisonnier dans un camp de rebelles comme une esclave sexuelle. Dix-huit ans, Noella MMburugu eu à endurer cette torture pendant trois ans. Elle a donné naissance à un fils là-bas. Elle l’appelait «Amani», ce qui signifie la paix. Ses bourreaux ont pris son enfant loin d’elle et l’a chassée parce qu’elle tomba malade et ne pouvait plus travailler.
Souvent, les viols ont lieu en public, devant la communauté villageoise, leurs propres enfants, maris, pères. Ils utilisent également des objets brûlants tels que branches, outils tranchants, de baïonnettes ou de canons de fusils. Les femmes inférieure de l’abdomen est complètement mutilé par la suite. Les femmes et les filles de tout âge, même les bébés, sont victimes de violences sexuelles incroyablement brutale. Dix ans Elisa est devenue incontinente, ne peut retenir l’urine, ni les matières fécales et doit constamment porter des tampons. Ils souffrent tous d’états d’anxiété extrême et la peur d’avoir à retourner dans leurs villages d’origine lorsque le traitement médical à l’hôpital de Panzi est terminée.

Les auteurs du Sud-Kivu sont principalement des miliciens hutus qui ont cherché refuge au Congo voisin après le génocide au Rwanda en 1994. Ils financent leurs armes par l’exploitation des matières premières.

La province est riche en or, la cassitérite et le coltan minerai d’étain qui est utilisé dans la fabrication d’ordinateurs portables et les téléphones mobiles.

Le but des criminels: la terreur, l’exercice du pouvoir par la dégradation, l’humiliation et la destruction. Dans ce processus, le viol est systématiquement utilisé comme arme de guerre.

More related informations:
http://www.bildmanufaktur.de
http://www.im-schatten-des-boesen.de [english version available]

Aussi sur:  France 24

france24

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Afrique, Vidéos Dossiers ..., est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s